Hollande verrouille, les socialistes s'inquiètent

le
0
Le chef de l'État a répété qu'il n'y avait qu'une ligne politique. Dans la majorité, ils sont nombreux à ne pas vouloir d'un débat confisqué.

Un avertissement. C'est dans un silence de plomb, mercredi au Conseil des ministres, que François Hollande a justifié l'éviction de Delphine Batho, coupable d'avoir critiqué le budget de son ministère de l'Écologie. Verdict présidentiel: un manquement au «principe majeur de solidarité et de cohésion gouvernementale». Même mise au point de la part de Jean-Marc Ayrault, l'après-midi devant les députés: «Il y a une règle que chacun doit comprendre. Dans un gouvernement, il n'y a pas deux politiques. Lors de sa dernière conférence de presse, le président de la République l'a rappelé, il n'y a qu'une ligne au gouvernement.»

Ces rappels à l'ordre inquiètent dans la majorité, où l'on redoute que l'éviction de Batho soit synonyme de verrouillage. «Si on prend le premier ministre au mot, cela veut dire quoi?, interroge le d...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant