Hollande-valls : les secrets d'une réconciliation au sommet

le
0
Hollande-valls : les secrets d'une réconciliation au sommet
Hollande-valls : les secrets d'une réconciliation au sommet

Le menu du repas était du genre indigeste : « Comment sortir du merdier sur la loi Travail ? » résume une source dans la confidence. Personne ne l'a su, mais, à peine rentré de sa tournée à l'autre bout du monde, François Hollande a convié Manuel Valls à dîner dimanche soir à l'Elysée pour mettre les points sur les « i ». Seuls, face à face, après dix jours de tensions qui les ont vus s'opposer sur la méthode pour faire passer la pilule du projet El Khomri : ne rien lâcher comme le clamait Valls ou apaiser comme l'exigeait Hollande ? Le président n'a pas apprécié que le Premier ministre mette de l'huile sur le feu en son absence en répétant qu'il irait « jusqu'au bout » sur ce texte qui fait hurler la gauche et les syndicats. « Hollande ne se laissera pas CPE-iser ! » tonne un conseiller du pouvoir.

Entre les deux hommes, quelque chose s'est cassé depuis la démission de Christiane Taubira. Dimanche, ils ont tout mis sur la table. Y compris la menace brandie par Valls de claquer la porte si la réforme était dénaturée sous la pression de la rue. A l'heure de l'apéritif, « aucun des deux ne savait comment ça allait se terminer », confie une source au secret. Ils se sont quittés après avoir convenu de laisser du temps au temps, selon le vieil adage mitterrandien, en reportant le texte. « On va se donner deux semaines », a glissé le chef de l'Etat au cours du repas.

« Si Valls sort maintenant, on s'intéressera à lui deux semaines et il redeviendra le Monsieur 5 % de la primaire de 2011 »

Exit, donc, le risque d'un divorce avec un départ fracassant de Valls ? « S'il avait dû partir, c'était dimanche, quand ils ont pris la décision de reporter le texte », glisse une source au sommet de l'Etat. Un autre ajoute, sûr de son fait : « Je prends les paris que Valls sera à Matignon jusqu'en 2017. » Valls lui-même semble avoir révisé ses plans. Le moment n'est, de fait, pas le mieux choisi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant