Hollande, un président déconnecté ?

le
12
Le président François Hollande après son discours pendant la conférence à l'International Health Security lors de son sommet sur la santé, à Lyon, le 23 mars 2016.
Le président François Hollande après son discours pendant la conférence à l'International Health Security lors de son sommet sur la santé, à Lyon, le 23 mars 2016.

Ministres, parlementaires et amis de longue date, s’interrogent. Comme si le chef de l’Etat avait à l’usage vu ses réflexes émoussés par quatre années d’exercice du pouvoir.

Le président serait-il en passe de perdre son flair ? A la veille du quatrième anniversaire de son élection, beaucoup, ministres, parlementaires et amis de longue date, s’interrogent. Comme si François Hollande, dont personne ne niait jusqu’ici la capacité à comprendre le pays nonobstant un certain nombre d’erreurs politiques, avait à l’usage vu ses réflexes émoussés par quatre années d’exercice du pouvoir. Par les murs épais du palais de l’Elysée. Et par la certitude, classique somme toute pour un président en fin de mandat, d’avoir raison envers et contre tous. Un de ses intimes en atteste : « Il ne fait plus confiance à personne. Il a réussi à dézinguer tout cadre de discussion collective. Il est tout seul et se prend pour omniscient. » Un pilier du groupe PS à l’Assemblée nationale confirme : « C’est quelqu’un qui a toujours senti les choses sur le plan politique. Mais on dirait qu’il a perdu complètement le contact et qu’il est déconnecté. J’ose espérer qu’il lui reste un peu de sens politique… »

Longtemps, François Hollande s’est levé avec des capteurs. Sentant la société française, ses tendances, ses inclinations. Connaissant dans les moindres détails, en professionnel éprouvé du suffrage universel, ses résultats électoraux, canton par canton. Recevant de multiples sources, proches, élus, conseilleurs divers et variés, des idées, avis et analyses, souvent par SMS. « Quand il était premier secrétaire du PS, il était ultra connecté au terrain, très politique dans sa f...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kurki il y a 11 mois

    Déjà en 2013, certains député&s se demandaient s'il ne fallait pas le destituer pour raisons psy ...

  • charleco il y a 11 mois

    Il a toujours été déconnecté de la réalité. En sagesse orientale, il est dit : "deviens ce que tu es" ou "sois ce que tu es". Il est devenu les 3 lettres qui le désignent : il a réussi à devenir ce qu'il est, son en-soi.

  • schalle6 il y a 11 mois

    Les français sont dégoutés d'un tel gâchis!!!

  • schalle6 il y a 11 mois

    Chaque matin en se rasant(s'il n'a pas un valet qui le rase) il doit avoir honte en se regardant dans son miroir, non?

  • dotcom1 il y a 11 mois

    Bel article de propagande qui n'enlèvera pas le sentiment de 5 ans supplémentaires de gâchis.

  • M8252219 il y a 11 mois

    Comme tout socialiste il n'a jamais été confronté à l'obligation de gagner" sa croûte" ou de gérer une entreprise. Il ne comprend donc rien à l’économie et à l'obligation de ne pas dépenser plus que ce que l'on gagne. Il aura beau faire tourner son cerveau de fonctionnaire il ne fera que de la politique socialiste et sans résultat.

  • charleco il y a 11 mois

    Comme on marche sur la tête et qu'on dit et fait tout à l'envers, il faut comprendre qu'il a toujours été déconnecté et qu'en fait, il n'a fait que devenir ce qu'il est : le centre du mot. Et il se prend pour le centre du monde.

  • jyth01 il y a 11 mois

    Benon le savait depuis avant qu'il soit élu par défaut: il est fonctionnaire donc par nature déconnecté et incompétent!

  • frk987 il y a 11 mois

    y a que le milieu du qualificatif "déconnecté" à retenir.

  • mo.conta il y a 11 mois

    c'est un incapable.il devrait avoir honte