Hollande : un budget 2014 pour ne pas casser la reprise

le
17
Hollande : un budget 2014 pour ne pas casser la reprise
Hollande : un budget 2014 pour ne pas casser la reprise

François Hollande s'est félicité du projet de budget pour 2014, présenté mercredi en Conseil des ministres par Jean-Marc Ayrault. «Le président de la République a commenté cette communication en se félicitant de ce que la légère amélioration de la situation économique, d'une part, et les efforts inédits en économie sur les dépenses d'autre part (15 mds d'euros) ont permis de limiter le recours aux prélèvements obligatoires», a rapporté Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement. «Notre responsabilité, a-t-il dit, c'est de faire en sorte que l'éclaircie se confirme», a-t-elle poursuivi citant le chef de l'Etat.

Celui-ci a souligné que les mesures prises dans le cadre de ce budget «visent, tout en poursuivant l'objectif de réduction des déficits publics à ne pas obérer la croissance». «C'est la raison pour laquelle nous maîtrisons les prélèvements obligatoires à la fois sur les entreprises et les ménages pour assurer la compétitivité des premières et pour permettre à la demande intérieure de repartir», a-t-il souligné, selon la porte-parole. L'effort devrait se répartir à 80% sur la réduction des dépenses et 20% sur l'augmentation des prélèvements obligatoires, au lieu des deux tiers/un tiers annoncés.

François Hollande s'est aussi «félicité de la réindexation du barême de l'impôt et du mécanisme de décote annoncés par le Premier ministre qui permettra aux ménages les plus fragiles de retrouver du pouvoir d'achat», a-t-elle poursuivi. «Enfin le président a salué le fait que nous confirmions l'introduction d'une fiscalité écologique avec un équilibre global entre ce qui doit augmenter et ce qui doit baisser, et donc pas d'augmentation des impôts au global», a-t-elle dit.

Un déficit public à la hausse : 4,1% du PIB

Malgré certains signes encourageants sur la reprise de l'économie au second trimestre, l'exécutif s'est montré prudent, lors de la présentation des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • achemena le mercredi 11 sept 2013 à 16:18

    c est deja cassé non ? mouhahaha

  • miez1804 le mercredi 11 sept 2013 à 14:52

    Signe de reprise? Ou ça?!

  • Isegoria le mercredi 11 sept 2013 à 14:46

    Le seul signe de reprise sera le jour ou les banquiers commenceront a sauter par les fenêtres...

  • Isegoria le mercredi 11 sept 2013 à 14:45

    La devise des nos pseudo dirigeants: Soyons fermes avec les faibles, soyons laxistes avec les forts... Total paye moins de 5% d’impôts, un artisan peut quand a lui payer largement plus de 40%, la logique voudrait que se soit plutôt le contraire, mais visiblement la "logique" est du coter des "forts".

  • jbellet le mercredi 11 sept 2013 à 14:32

    ils se foutent de la gu.eule des français! les impôts (pour ceux qui en paient) vont continuer d'augmenter et ce gouvernement va continuer de soigner son petit fond de commerce les fonctionnaires et les socios culturels

  • cavalair le mercredi 11 sept 2013 à 14:31

    Povre k'on cas.ses.toi

  • Isegoria le mercredi 11 sept 2013 à 14:31

    UN COUP D’ÉTAT VITE ! Militaires, Policiers vous avez les armes, qu'attendez vous pour éjecter ces traîtres ?

  • ppetitj le mercredi 11 sept 2013 à 14:25

    Pas casser la future reprise des impôts ?

  • M6101126 le mercredi 11 sept 2013 à 14:21

    apres les mensonges sur la tva sociale la poursuites des hausses d'impots dissimulees et à cote de nouvelles depenses : allocations jeunes sans emploi, hausse des aides medicales d'etat, hausses des cmu, hausses des immigres naturalises apres 5 ans de presences y compris sans emploi fixe et sans connaissance du francais de 65000 a 95000 (cf le monde) l'absence de reforme de la retraite et du systeme social le deficit s'emballe notre dette augmente nous courons vers notre faillite. Bravo Hollande

  • froggy83 le mercredi 11 sept 2013 à 14:20

    exact mucius, mais en même temps il faut que le prix de l'immo et des loyers s'effondre, sinon pourquoi ces glandeurs iraient payer 1000 de loyer à Paris (là où il y a encore du travail??) pour gagner 1400 nets voire 2000 si vraiment ils arrivent à montrer qu'ils sont uniques (eh oui, les employeurs profitent de l'offre/la demande sur le marché du travail)