Hollande-Trierweiler : la confusion

le
2
François Hollande et Valérie Trierweiler le 22 novembre 2011.
François Hollande et Valérie Trierweiler le 22 novembre 2011.

L'affaire Trierweiler-Hollande n'en finit plus de rebondir. Jeudi en fin d'après-midi on apprend que Me Frédérique Giffard s'est exprimée dans Le Figaro sur la "résolution de la crise" qui agite le couple présidentiel. L'avocate affirme que le président et sa compagne réfléchissent à une clarification de leur situation. On imagine alors que la rupture sera rapidement consommée et qu'un communiqué commun sera rapidement publié. Problème, dans la soirée, Patrice Biancone, le directeur de cabinet de la première dame, corrige le tir et affirme à l'AFP qu'il est "la seule personne habilitée à parler au nom de Valérie Trierweiler". Vendredi matin, le démenti se confirme. Selon le site d'Europe 1, la première dame dément les propos tenus jeudi au Figaro par son avocate, qui, dit-elle, "a parlé sans savoir". Elle ajoute même que maître Giffard n'est plus son conseil...Ce cafouillage donne une idée de l'ambiance délétère qui règne dans l'entourage de François Hollande et Valérie Trierweiler. Les fausses confidences et vraies manipulations se succèdent à la vitesse de la lumière. En milieu de semaine une (fausse) rumeur voulait que la journaliste ait cassé pour plusieurs millions d'objets de Mobilier national lors d'une crise de nerfs intervenue au moment où elle découvrait les photos de Closer. Depuis 24 heures des informations contradictoires circulaient sur un voyage prévu de longue date que Valérie Trierweiler devait...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 90342016 le vendredi 24 jan 2014 à 12:02

    c'est nous qui payons

  • frk987 le vendredi 24 jan 2014 à 10:48

    la confusion, fusion en trop ????