Hollande soutient le "droit" d'organiser un référendum au Congo

le
1

PARIS, 21 octobre (Reuters) - Le président français, François Hollande, a demandé mercredi de "respecter" les résultats du référendum controversé organisé dimanche prochain au Congo, tout en appelant à l'apaisement dans le pays en proie à des violences. Les forces de sécurité du Congo Brazzaville ont eu recours mercredi à des tirs de sommation et des gaz lacrymogènes pour disperser des centaines de manifestants opposés à l'organisation de ce scrutin qui vise, selon eux, à maintenir indûment au pouvoir le président Denis Sassou Nguesso. La veille, quatre personnes avaient été tuées dans la capitale lors d'affrontements entre policiers et manifestants qui réclamaient le départ du chef de l'Etat. ID:nL8N12K3H9 "Le président Sassou peut consulter son peuple, ça fait partie de son droit et le peuple doit répondre", a déclaré François Hollande lors d'une conférence de presse à l'Elysée aux côtés de son homologue malien, Ibrahim Boubacar Keïta. "Ensuite, une fois que le peuple aura été consulté (...), il faut toujours veiller à rassembler, à respecter et à apaiser", a-t-il ajouté. Il y a moins d'un an, lors du sommet de la francophonie à Dakar, François Hollande avait salué les transitions alors en cours en Tunisie et au Burkina Faso dans un discours vu comme une mise en garde aux dirigeants tentés de se maintenir au pouvoir "en violant l'ordre constitutionnel". A 71 ans, Denis Sassou Nguesso, qui depuis 1979 est resté tout le temps au pouvoir à l'exception de cinq années, ne peut, en vertu de la Constitution, briguer un nouveau mandat. Le référendum de dimanche doit porter sur des amendements constitutionnels qui pourraient englober un relèvement de l'âge maximum des candidats à la présidentielle et la suppression de la limitation à deux mandats. L'opposition a rassemblé des milliers de manifestants en septembre dernier pour protester contre ces projets, mais le gouvernement a également mobilisé des milliers de partisans le 11 octobre dans les rues de la capitale. (Elizabeth Pineau, édité par Grégory Blachier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 le mercredi 21 oct 2015 à 19:45

    mais surtout pas en France