Hollande sous le feu des critiques de sa majorité

le
1
Hollande sous le feu des critiques de sa majorité
Hollande sous le feu des critiques de sa majorité

«Tout le monde est perplexe. Personne ne sait comment on se sort de tout cela. Je n'ai jamais vu un truc pareil.» Voilà ce que confiait un responsable socialiste à l'AFP, ce lundi. «Il y a un cocktail qui fait que cette situation est inédite.» La majorité connaît effectivement de fortes secousses ces derniers jours. Critiqué pour sa gestion de l'affaire Leonarda, sifflé -comme son Premier ministre Jean-Marc Ayrault- dimanche soir par les partisans de Samia Ghali, la sénatrice PS et candidate malheureuse à la primaire marseillaise, le président de la République se retrouve sous un feu nourri de critiques en provenance de sa propre majorité.

Si bien que Jean-Marc Ayrault a dû demander à ce «qu'on revienne à l'essentiel» depuis Copenhague (Danemark) où il effectue un déplacement. «Il y a beaucoup trop de passion et un manque de sang froid qui s'est développé ces dernières heures», a-t-il tonné. «Il faut remettre de la sérénité.» Faut-il s'attendre à un recadrage? Le chef du gouvernement se rendra mardi à la réunion de groupe des députés socialistes, ce qui ne figurait initialement pas à son agenda.

«Il faut que Hollande prenne un autre chemin»

Le porte-parole des députés PS Thierry Mandon s'est pour sa part ému de «l'intervention extrêmement surprenante d'Harlem Désir qui a tout brouillé, une demi-heure seulement après les propos présidentiels». Problème, le premier secrétaire du PS, qui a demandé à ce que les frères et soeurs de Leonarda ainsi que sa mère soient autorisés à revenir en France alors que le chef de l'Etat l'avait proposé à la «seule» adolescente, n'est pas le seul à remettre en cause la gestion de cette affaire par le chef de l'Etat. Et la polémique semble s'étendre tout à la fois à la méthode Hollande ou encore aux questions économiques.

«Il faut que François Hollande prenne un autre chemin. Celui qui est pris n'est pas conforme à l'esprit du Bourget (NDLR : ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8801939 le mardi 22 oct 2013 à 07:58

    Dans une société du secteur concurrentiel, Hollande aurait déjà été mis à la porte.