Hollande se rendra lundi à Calais

le
1
    PARIS, 22 septembre (Reuters) - François Hollande sera lundi 
à Calais, notamment pour rencontrer les représentants des forces 
de l'ordre, les grands élus du territoire, les acteurs 
associatifs et socio-économique, a annoncé jeudi l'Elysée. 
    Le chef de l'Etat sera au port en fin de matinée pour 
participer à la cérémonie de pose de la première pierre du 
chantier Calais Port 2015. 
    Mais c'est surtout sur le délicat dossier des migrants qu'il 
est attendu, quelques jours après la visite dans la cité 
nordiste de l'ancien président Nicolas Sarkozy, candidat à la 
primaire de droite, dans une atmosphère tendue.  
    Les incidents sont quasi quotidiens à Calais, où vivent dans 
des conditions difficiles quelque 9.000 candidats à 
l'immigration vers le Royaume-Uni, à 35 kilomètres de là. 
    Après la visite de Nicolas Sarkozy mercredi, plusieurs 
centaines de migrants ont affronté CRS et policiers sur la 
rocade portuaire de Calais. 
    L'ancien chef de l'Etat, qui avait fermé le camp de migrants 
de Sangatte et signé les accords du Touquet instituant la 
frontière britannique sur le sol français, en 2003 lorsqu'il 
était ministre de l'Intérieur, a réaffirmé que les Français 
"n'avaient pas vocation à être les douaniers des Anglais". 
    Il réclame donc une renégociation de ces accords de façon à 
obtenir l'ouverture d'un centre de traitement des demandes 
d'asile au Royaume-Uni. 
    En réaction à ces propos, le porte-parole du gouvernement, 
Stéphane Le Foll, a rappelé jeudi les principes qui régissent 
l'action de l'exécutif dans ce dossier.  
     "Il y a ceux qui voudraient changer tous les principes et 
tous les droits : ce n'est pas la politique qui a été suivie, ce 
n'est pas la politique qui est mise en oeuvre", a-t-il lancé à 
l'adresse de l'ancien président.     
    "Nous, nous respectons nos engagements, les grands principes 
républicains, les grands engagements au niveau international", 
a-t-il ajouté devant la presse après le conseil des ministres.   
    Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve a déclaré la 
semaine dernière que le gouvernement français était à la 
recherche de 9.000 places pour les migrants du camp sauvage de 
Calais, la "jungle", qu'il a promis de démanteler à brève 
échéance. 
    Toujours selon le ministre, 30 personnes en situation 
irrégulière ont quitté lundi par les airs le sol français au 
départ de Calais, portant à 1.384 le nombre de migrants de cette 
zone expulsés depuis le début de l'année. 
 
 (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • boudet il y a 4 mois

    Tout le monde s'en fout. Par contre, je commence les vendanges lundi et cela c'est important car sans vendangeurs, il n'y a pas de vin !!!