Hollande salue l'ère Schröder lors du 150e anniversaire du SPD

le
2
HOLLANDE SALUE L'ÈRE SCHRÖDER LORS DU 150E ANNIVERSAIRE DU SPD
HOLLANDE SALUE L'ÈRE SCHRÖDER LORS DU 150E ANNIVERSAIRE DU SPD

LEIPZIG, Allemagne (Reuters) - François Hollande a salué jeudi l'action réformatrice de l'ancien chancelier social-démocrate allemand Gerhard Schröder, à l'origine selon lui de la bonne santé actuelle de l'économie allemande.

Le chef de l'Etat français était l'invité d'honneur du 150e anniversaire du Parti social-démocrate (SPD), qui a donné lieu à des cérémonies à Leipzig en présence du président allemand Joachim Gauck et de la chancelière conservatrice Angela Merkel.

"Vous avez aussi inventé la culture du compromis pour faire évoluer le droit du travail", a déclaré François Hollande, seul chef d'Etat étranger invité à s'exprimer à la tribune.

"Vous avez promu la négociation entre partenaires sociaux pour faire moderniser le dialogue social", a-t-il poursuivi sous les yeux des anciens chanceliers sociaux-démocrates Gerhard Schröder et Helmut Schmidt, une allusion à la méthode qu'il tente de faire prévaloir en France.

"Le progrès, c'est aussi de faire dans des moments difficiles des choix courageux pour préserver l'emploi, pour anticiper les mutations industrielles, et c'est ce qu'a fait Gerhard Schröder ici, en Allemagne, et qui permet aujourd'hui à votre pays d'être en avance sur d'autres", a-t-il ajouté sous les applaudissements.

Le président français s'est ainsi mis dans les pas de l'ancien dirigeant qui, en 2002, avait pris le temps de la concertation pour faire adopter des réformes structurelles difficiles afin de doper la compétitivité en Allemagne, alors "homme malade de l'Europe".

Les réformes Schröder, qui ont introduit une plus grande flexibilité du marché du travail, sont critiquées par une partie de la gauche européenne, y compris au sein du SPD allemand.

"Les valeurs de la social-démocratie, c'est aussi la manière avec laquelle nous devons faire avancer l'Europe", a déclaré François Hollande, qui a saisi l'occasion de cette cérémonie pour célébrer l'amitié franco-allemande.

"Si nous voulons la paix, n'oublions jamais la guerre", a-t-il dit. "Si je n'avais qu'un message à vous transmettre aujourd'hui, ce serait le mot d'unité, enigkeit".

Aucun entretien n'était prévu entre le président français et la chancelière allemande, qui se sont vus mercredi au Conseil européen de Bruxelles.

Les deux dirigeants doivent se revoir jeudi prochain en France afin de mettre la dernière main à la contribution franco-allemande sur les nouvelles étapes de l'intégration de l'euro au Conseil européen de juin.

Sarah Marsh, avec Elizabeth Pineau à Paris, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M608962 le vendredi 24 mai 2013 à 08:37

    incapable d'en faire autan

  • M1961G le jeudi 23 mai 2013 à 17:08

    hollande salue sa défaite en allemagne et reconnait enfin que seul une politique de droite peut sauver la france.hollande remercie sarkozy pour sa vision de l'avenir car même migaud du ps reconnait que plus de prof n'est pas la solution mais que les méttodes sont à revoir.hollande ,la gauche en générale pense qu'en dépensant plus on règle tout .en réalité lorsqu'on dépense plus ,c'est un signe de faiblesse ,d'incompétence .