Hollande s'est confié à... une centaine de journalistes

le
4
Hollande s'est confié à... une centaine de journalistes
Hollande s'est confié à... une centaine de journalistes

Ni micros, ni appareils photos, ni caméras, mais... une centaine de journalistes ! Le président de la République a dîné jeudi soir, à la maison des Polytechniciens, dans le VIIe arrondissement de Paris, avec la presse présidentielle. Il s'y est présenté comme un président «réformiste» qui veut «faire le récit de la France de demain». Ce rendez-vous inédit se voulait informel et les échanges étaient censés rester «off», c'est-à-dire ne pas être rendu publics. Un défi à l'heure de Twitter... Comme d'autres confrères, Henri Vernet, journaliste du «Parisien»-«Aujourd'hui-en-France», a d'ailleurs rapporté certains propos sur son compte pendant le dîner (voir ci-dessous).

Contrairement aux présidents américains, qui ont fait de ce rendez-vous un moment très médiatisé, aucun locataire de l'Elysée n'avait jusqu'à présent honoré une invitation de l'Association de la presse présidentielle. Ce rendez-vous hors les murs du palais présidentiel avait été proposé à François Hollande, il y a un an. Le président nouvellement élu avait aussitôt accepté «une rencontre informelle et cordiale». Une façon, selon son entourage, de «resserrer les liens» entre l'Elysée et la presse présidentielle. Jeudi soir, si le port de la robe longue ou du smoking n'était pas exigé, l'invitation stipulait qu'une «tenue élégante» était de rigueur. Les journalistes étaient répartis sur dix tables, avec au menu, après chaque plat, une séquence de trois questions adressées au chef de l'Etat.

«La présidence normale» : un concept «vieux et ancien»

«C'est un exercice inédit, une rencontre amicale mais qui reste professionnelle», a d'emblée affirmé le président de la République, admettant que le «off» de coutume dans ce type de rencontres «ne pourrait pas être respecté». Le chef de l'Etat a d'abord reconnu que «la présidence normale» qu'il entendait incarner au début de son quinquennat paraissait déjà ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8721653 le vendredi 19 juil 2013 à 10:20

    D'accord avec glbt38 et c'est grave pour nous qui allons payer les pots cassés

  • glbt38 le vendredi 19 juil 2013 à 10:08

    Sa vision ne lui montre pas qu'il n'a plus aucun crédit autre que celui de menteur...et d'assoiffé de pouvoir!

  • LeRaleur le vendredi 19 juil 2013 à 10:08

    Et comme les journalistes français sont tous de gauche, il a prêché des convertis. Donc, RAS et RAB.

  • SaasFee le vendredi 19 juil 2013 à 03:25

    Question d'un journaliste allemand à Hollande : " croyez vous vraiment ce que vous racontez ?" Excellent...