Hollande s'élève contre toute "tentative de récupération"

le
4
FRANÇOIS HOLLANDE S'ÉLÈVE CONTRE TOUTE "TENTATIVE DE RÉCUPÉRATION"
FRANÇOIS HOLLANDE S'ÉLÈVE CONTRE TOUTE "TENTATIVE DE RÉCUPÉRATION"

par Elizabeth Pineau

BOULOGNE-SUR-MER, Pas-de-Calais (Reuters) - François Hollande s'est élevé mardi contre toute "récupération" des drames de Toulouse et Montauban, assurant que les dossiers économiques et sociaux joueront un rôle majeur lorsque les Français choisiront leur président.

En déplacement dans le Pas-de-Calais sur les thèmes de l'emploi, de l'industrie et des métiers de la mer, le candidat socialiste à l'élection présidentielle a promis un "retour de la confrontation" sur les sujets qui intéressent les Français.

"Les Français sont lucides, ils voient parfaitement qui est derrière le comportement de l'un de l'autre, les tentatives de récupération ou d'instrumentalisation", a dit le candidat socialiste à l'élection présidentielle.

"Donc ils ne se laisseront pas davantage détourner par un drame terrible que par son utilisation", a-t-il déclaré lors d'un point de presse à propos des sept personnes tuées par Mohamed Merah, qui a été abattu par la police jeudi dernier.

François Hollande considère que ces événements "n'ont pas changé les conditions de l'élection".

Leurs priorités resteront selon lui le chômage, le pouvoir d'achat, les inégalités, la santé, "la question de la sécurité venant -et c'est légitime- parmi toutes ces priorités mais pas nécessairement au premier rang".

Auteur d'un projet dévoilé dès janvier, François Hollande refuse de multiplier les propositions "parce qu'il y aurait nécessité d'impressionner".

"Je n'utilise pas la peur parce que je ne crois pas que c'est ce que les Français aujourd'hui veulent avoir comme réflexe. Je veux que l'élection se fasse sur le bilan et les projets", a-t-il résumé.

Il l'a confirmé en fin de journée lors d'un meeting en plein air sur un quai de Boulogne-sur-Mer.

"RIEN N'EMPÊCHERA LA CONFRONTATION"

"Je vous l'affirme ici à Boulogne, rien n'empêchera la confrontation, rien n'empêchera le vote des Français sur l'essentiel", a-t-il lancé devant près de 2.000 personnes.

"Rien n'empêchera l'alternance, rien n'empêchera le changement et il faut regarder autant qu'il sera nécessaire ce qui a été fait et ce qui n'a pas été fait depuis cinq ans", a-t-il ajouté au cours d'un discours où le mot "redressement" est souvent revenu.

Lors d'un aparté avec des journalistes dans l'après-midi, il a dit considérer que les annonces multiples de Nicolas Sarkozy, "ça ne sert à rien pour un sortant".

"Dans ces cas-là c'est toujours 'pourquoi ne l'a-t-il pas fait plus tôt'", a ajouté le candidat.

A ceux qui s'étonnent de ses esquives face aux attaques nourries de Nicolas Sarkozy, François Hollande estime "qu'il faut répliquer une fois de temps en temps".

"Mais ne vous inquiétez pas, ajoute-t-il, pensez aussi à l'entre-deux-tours, là on aura le combat".

François Hollande bataille pour l'heure sur le thème du chômage, après la nouvelle hausse annoncée lundi soir.

"La crise a eu sa part mais pourquoi si on regarde autour de nous l'Allemagne arrive à faire 5% de chômage et nous 10?", a-t-il dit, brocardant un "chômage à un niveau record depuis 12 ans" en France, "record, hélas, de la Ve République".

"Et il voudrait faire cinq ans de plus?", a-t-il ajouté à l'adresse du "candidat sortant", évoquant le "sentiment amer que la politique n'est pas au rendez-vous des urgences depuis cinq ans".

François Hollande a passé la journée à Calais et Boulogne-sur-Mer, premier port de pêche français où il promis la création, s'il est élu le 6 mai, d'un ministère de la Mer.

Il a visité l'entreprise de poisson surgelé Findus, menacée de démantèlement par le fonds de pension britannique qui la possède. Il a réaffirmé sa proposition d'une loi qui obligerait "un groupe financier, en l'occurrence l'actionnaire, qui ne veut plus d'un site, à aller devant le tribunal de commerce pour qu'un repreneur se présente et puisse pérenniser l'activité".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • baljo le mardi 27 mar 2012 à 23:57

    12088907 Tu fais ici référence a une idéologie que l'on appelle le takfirisme. Ce n'est donc pas un bien commun aux musulmans , mais seulement aux plus rétrogrades d'entre eux.

  • 12088907 le mardi 27 mar 2012 à 22:15

    Il faudrait rappeler plus souvent à nos « amis » musulmans que tout musulman vivant dans un pays impie se doit de le quitter pour retourner en terre d’islam !

  • baljo le mardi 27 mar 2012 à 21:00

    Le gagnant de cet épisode sanglant est M. Le Pen. Elle affaiblit Sarko car le choix ne se fera pas entre Hollande et la droite au 1er tour. Les électeurs de Hollande ou de Mélenchon sont en dehors de ce dilemme.

  • M7136507 le mardi 27 mar 2012 à 20:11

    PAROLE PAROLES PAROLES...Mais moins sexy que DALIDA