Hollande-Royal : « Ils ont repris leurs vieux réflexes, l'amour en moins »

le , mis à jour à 07:40
0
Hollande-Royal : « Ils ont repris leurs vieux réflexes, l'amour en moins »
Hollande-Royal : « Ils ont repris leurs vieux réflexes, l'amour en moins »

« Attention, voilà la reine mère. » Même si on ne se distrait plus beaucoup en ce moment à l'Elysée, certains employés facétieux ont mis au point ce signal d'alerte quand Ségolène Royal franchit les grilles du palais. Rien de bien méchant. L'ex-compagne de François Hollande n'a jamais martyrisé qui que ce soit à la présidence. Mais la fréquence de ses visites, ces derniers temps, amuse et intrigue. « Les deux premières années du quinquennat, on ne l'a pas vue du tout. Avec Valérie Trierweiler, elle était bannie. Et puis, petit à petit, elle a recommencé à passer une tête. Maintenant, elle assiste aux réunions importantes et vient parfois déjeuner avec ses enfants. Elle a presque son rond de serviette ici », sourit un habitué du Château. C'est d'ailleurs lors d'un de ces repas familiaux, en novembre 2015, que le chef de l'Etat a testé son idée — très contestée — d'inscrire la déchéance de la nationalité dans la Constitution. Ségolène Royal était pour. Cette scène surprenante est racontée dans le livre « Conversations privées avec le président » (Albin Michel).

 

Certains ministres s'inquiètent de cette influence retrouvée. Ils s'interrogent aussi sur la facilité avec laquelle le numéro trois du gouvernement emprunte à sa guise les avions de la République pour ses déplacements professionnels, quand eux ont plus de mal. Parfois cassante, Ségolène Royal n'hésite pas à afficher ses désaccords, se prévalant du soutien présidentiel. Que ce soit avec Laurent Fabius sur l'organisation de la COP21 (la conférence climat) ou plus récemment avec Manuel Valls à propos des boues rouges polluantes dans les calanques de Marseille.

 

Ce qui ne veut pas dire qu'elle obtient toujours gain de cause. « Lors du dernier remaniement en février, elle voulait le Quai d'Orsay. Hollande a tourné autour du pot tout en activant discrètement la piste Ayrault. Au final, il lui a dit : Je voudrais bien te ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant