Hollande renforce les moyens de la Défense face aux "menaces"

le
1

* 3,8 mds d'euros de crédits supplémentaires * 18.500 postes vont être sauvegardés * La LPM actualisée en conseil des ministres le 20 mai (Actualisé avec déclarations, contexte, précisions) PARIS, 29 avril (Reuters) - François Hollande a alloué mercredi des moyens supplémentaires au ministère de la Défense sous la forme de nouveaux crédits et de moindres suppressions d'effectifs pour adapter son dispositif à la nouvelle donne sécuritaire créée par les attentats de janvier. "La sécurité, la protection, l'indépendance, ce sont des principes qui ne se négocient pas", a-t-il déclaré à l'issue d'un conseil de défense réuni à l'Elysée. "La France fait face à des menaces, de lourdes menaces aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de notre territoire", a indiqué le chef de l'Etat pour justifier l'"actualisation" de la loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019. Déjà très sollicitée sur les théâtres extérieurs, notamment au Sahel et dans le Golfe, l'armée est mobilisée sur le territoire national à hauteur de 10.000 hommes dans le cadre de l'opération Sentinelle de protection des sites sensibles à la suite des attentats de Paris et Montrouge, en janvier. Pour faire face à cette situation, le budget de la défense de 31,4 milliards d'euros voté pour l'année 2015 sera "sanctuarisé" via des "crédits budgétaires sans aucun appel à des ressources extérieures, exceptionnelles", a annoncé le président de la République. "Le ministère de la Défense est sûr de pouvoir disposer de ces crédits pour l'année 2015", a-t-il précisé, mettant fin au bras de fer engagé entre les ministres de la Défense et des Finances sur l'impasse budgétaire de 2,3 milliards d'euros qu'il restait à financer pour 2015. Pour combler ce manque, la Défense proposait d'avoir recours à des sociétés de projet - dont l'idée est d'acheter à l'Etat des matériels militaires pour les relouer ensuite à l'armée -, une option décriée par Bercy pour son coût final. "Consolider en crédits budgétaires ce qui était envisagé en recettes exceptionnelles virtuelles est une correction bienvenue, pas une avancée", a réagi le député européen UMP Arnaud Danjean, spécialiste des questions de défense, sur son compte Twitter. CRÉDITS SUPPLÉMENTAIRES L'actualisation de la LPM, qui sera présentée le 20 mai en conseil des ministres, prévoira "de dégager 3,8 milliards de crédits supplémentaires" sur les quatre prochaines années (2016-2019). Cet effort, qu'il a qualifié de "considérable" au vu des contraintes budgétaires européennes de la France, "tient compte des économies que nous avons pu constater dans le ministère", a précisé François Hollande, dans une allusion à l'impact de la baisse des coûts du pétrole sur le fonctionnement des armées que certains chiffrent jusqu'à trois milliards d'euros. Dans le détail, 600 millions d'euros supplémentaires seront alloués en 2016, 700 millions d'euros en 2017, 1 milliard en 2018 et 1,5 milliard en 2019, selon l'Elysée. Outre le volet budgétaire, 18.500 postes sur les 34.000 qui devaient être supprimés sur la période 2014-2019 au sein des forces armées vont être préservés, conformément aux souhaits de l'état-major. François Hollande avait annoncé en janvier après les attentats qu'il renonçait à supprimer 7.500 postes, puis avait ouvert mi-mars la voie à une adaptation supplémentaire des réductions d'effectifs. La LPM actuelle en prévoyait 7.881 en 2014, 7.500 en 2015, 7.397 en 2016, 7.397 en 2017 et 3.500 en 2018. Pour la Défense, les 18.500 postes sauvegardés doivent permettre "d'être en permanence en capacité de déployer sur le territoire national 7.000 soldats" dans le cadre de l'opération Sentinelle, comme le souhaite l'exécutif. L'armée était de loin le premier service appelé à compenser les créations de postes (65.000) dans l'Education nationale et la police-justice programmée sur le quinquennat dans le cadre de l'engagement de stabilité des effectifs de la fonction publique pris par François Hollande. Il n'a pas précisé mercredi comment cet engagement serait tenu après les décisions annoncées. (Elizabeth Pineau et Marine Pennetier, édité par Yann Le Guernigou)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 le mercredi 29 avr 2015 à 12:54

    des menaces venues d'Afrique ?

Partenaires Taux