Hollande réconforté par son nouvel allié italien

le
0
Reçu à l'Élysée mercredi, le nouveau président du Conseil, Enrico Letta, a plaidé pour la croissance et l'emploi en Europe.

Une des clés de l'apaisement entre François Hollande et Angela Merkel s'appellerait-elle Enrico Letta? En pleine zone de turbulences franco-allemandes, le chef de l'État est ressorti souriant mercredi d'un long entretien à l'Élysée avec son nouvel allié italien, Enrico Letta, homme de gauche, Européen féru de synthèse, dialecticien précis, habile dans la conjugaison des deux impératifs majeurs de l'UE, la relance de la croissance et la recherche de l'équilibre budgétaire. Nommé samedi, après deux mois de crise politique, à la tête d'une coalition gauche-droite, Enrico Letta, 46 ans, s'est propulsé à Berlin sitôt que le Parlement lui a voté la confiance, mardi. Après Paris, il sera jeudi à Bruxelles - avec le souci de dégager pour son pays la ligne de crête entre la réduction de la dette italienne (125 % du PIB) et un chômage des jeunes qu...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant