Hollande reçoit tous les partis avant le Congrès de lundi

le
1

PARIS, 15 novembre (Reuters) - François Hollande a entrepris dimanche de recevoir les responsables des principaux partis politiques et les présidents des assemblées avant sa déclaration, lundi à 16h00 (15h00 GMT), devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles. Le chef de l'Etat dira lundi quelles suites il donnera, en matières de défense, de diplomatie et de sécurité intérieure, aux mesures décidées après les attaques de vendredi - notamment l'état d'urgence - dont le dernier bilan est de 129 morts. Premier à être reçu par le président à l'Elysée, son prédécesseur Nicolas Sarkozy a demandé une inflexion de la politique de la France en Syrie, de la politique européenne en matière d'immigration et de la politique sécuritaire en France. Le président des Républicains, probable candidat à la primaire de son parti pour l'élection présidentielle de 2017, a annoncé qu'il ferait des propositions aux Français dans ce dernier domaine. Il sera l'invité du 20h00 de TF1 ce dimanche. "Aujourd'hui, ils (les Français, NDLR) ne se sentent pas en sécurité", a déclaré Nicolas Sarkozy. "Le risque que de tels événements se reproduisent est réel", a-t-il ajouté. Face à "cet état de guerre", il a demandé "une inflexion de notre politique étrangère, des décisions au plan européen et des modifications drastiques de notre politique de sécurité". VALLS PARLE D'"UNION SACRÉE" "Nous devons tirer les conséquences de la situation en Syrie. Nous avons besoin de tout le monde pour exterminer Daech, notamment des Russes. Il ne peut pas y avoir deux coalitions en Syrie", a déclaré l'ancien chef de l'Etat. Nicolas Sarkozy a demandé une nouvelle politique européenne de l'immigration et, en France, un durcissement "sur tous ceux qui consultent des sites djihadistes, sur ceux qui font le djihad". "Le principe de précaution, ce n'est pas simplement une question de la COP21, le principe de précaution doit s'appliquer aussi pour la sécurité des Français", a-t-il ajouté. Le Premier ministre, Manuel Valls, a répondu peu après aux appels de la droite à durcir la politique de sécurité. "Notre réponse, notre réplique, sera à la hauteur bien sûr de l'attaque qui a été menée", a-t-il dit à des journalistes. "Dans une guerre, ce qui est essentiel, c'est l'union sacrée. Cette union sacrée, elle repose sur l'esprit de résistance", a-t-il ajouté. "Nous sommes disposés à entendre toutes les propositions qui permettent, dans le cadre de cette union sacrée, d'être efficaces." A trois semaines du premier tour des élections régionales, François Hollande recevra successivement à partir de 17h00 François Bayrou (MoDem), Marine Le Pen (Front national), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) et Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche). Il aura auparavant reçu à 15h00 les présidents de l'Assemblée et du Sénat, ainsi que les présidents de plusieurs commissions des deux assemblées et des représentants des groupes politiques. (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 le dimanche 15 nov 2015 à 14:29

    J'espère qu'on va lui demander de cesser de soutenir le terrorisme quand c'est à l'étranger, mais je suis sûrement trop optimiste sur notre classe politique...