Hollande rattrapé par l'austérité

le
1
Le chef de l'État impose le plus grand effort de rigueur jamais demandé aux Français.

Un budget comme un aveu. Celui de la conversion des socialistes à une certaine forme de rigueur budgétaire. Après les années passées à accuser Nicolas Sarkozy et le gouvernement de François Fillon de pratiquer une politique d'austérité cachée, François Hollande a finalement dû se résoudre à demander aux Français le plus grand effort jamais imposé au pays sous la Ve République. Un montant colossal de 36,9 milliards d'euros pour ramener le déficit à 3 % du PIB en 2013.

Côté dépenses, ce seront 10 milliards d'euros d'économies pour l'État et 2,5 milliards pour l'Assurance-maladie. Côté recettes: 24 milliards d'euros de hausses d'impôts, principalement ciblées sur les entreprises et les ménages aisés. Pourtant, il y a deux ans presque jour pour jour, François Hollande l'assurait lors du «Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro»: «On ne va pas financer l'ensemble des déficits en allant chercher le patrimoine des plus riches.»

Deux ans et une élection plus tard,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • laeti453 le samedi 29 sept 2012 à 16:31

    tout le monde sait que l'effort était nécessaire! les divergences peuvent porter sur l'emploi de l'argent public . là, il y a pas mal de choses à dire et à faire. a quand la transparence sur les fromages de la république? la France est trop administrée et il y a beaucoup trop d'élus , en plus!Du balai, et vite!