Hollande prône la rapidité pour l'accord de libre-échange USA-UE

le
2
FRANÇOIS HOLLANDE SOUHAITE UNE MISE EN PLACE RAPIDE DE L'ACCORD DE LIBRE-ÉCHANGE USA-UE
FRANÇOIS HOLLANDE SOUHAITE UNE MISE EN PLACE RAPIDE DE L'ACCORD DE LIBRE-ÉCHANGE USA-UE

WASHINGTON (Reuters) - Les Etats-Unis et l'Union européenne ont tout intérêt à aller vite pour conclure un accord de libre-échange transatlantique, sous peine de voir les crispations et les peurs prendre le dessus, a déclaré mardi François Hollande.

Le président français et son homologue américain Barack Obama ont débattu à Washington de cet accord pour lequel les négociations ont débuté en juillet dernier et qui a été mis un temps à mal par les révélations d'Edward Snowden, un ancien consultant de la National Security Agency (NSA) américain, sur l'existence d'un système d'espionnage systématique des pays européens par les Etats-Unis.

La France s'est également battue pour maintenir son "exception culturelle", au grand dam de Washington.

L'un des points les plus délicats des discussions concerne la protection des données numériques personnelles: des groupes américains tels que Google et Facebook souhaitent que Washington obtienne un allégement des règles européennes en la matière, qu'ils considèrent comme un frein à leurs activités.

Pour François Hollande, ces problèmes ne doivent pas empêcher les deux parties d'aller vite.

"Dès lors que les principes sont fixés, que les mandats sont donnés, que les intérêts sont connus, aller vite n'est pas un problème, c'est une solution", a-t-il dit lors d'une conférence de presse commune avec Barack Obama.

"Nous avons tout à gagner à aller vite. Sinon, nous savons bien qu'il y aura une accumulation de peurs, de menaces, de crispations. Donc, si nous sommes de bonne foi, si nous sommes respectueux des positions des uns et des autres, si nous sommes attachés (...) à la croissance, nous pouvons aller vite."

L'objectif des deux parties est d'aboutir à un accord avant l'expiration du mandat de l'actuelle Commission européenne, en octobre 2014. Mais de nombreux experts des questions commerciales estime que les pourparlers pourraient se prolonger jusqu'en 2015.

Les Etats-Unis et l'Union européenne sont déjà le principal partenaire commercial l'un de l'autre, avec des échanges qui ont dépassé l'an dernier 500 milliards d'euros.

Le "partenariat transatlantique de commerce et d'investissement" auquel sont censées aboutir les discussions serait le plus important accord de libre-échange jamais conclu puisqu'il couvrirait près de 50% de la production économique mondiale, 30% du commerce international et 20% des investissements directs étrangers.

Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mardi 11 fév 2014 à 20:40

    Ils vont nous refiler toute leur M.... Il n'y en a pas assez en UE.

  • HP271279 le mardi 11 fév 2014 à 20:28

    C'est cela : courons vite nous faire enfler ! courons dans la verte prairie du Wyoming, courons Mr Hollande, l'herbe est verte, courons nous faire enfumer par les ricains ! l'enfumade va être historique, ça oui ! vous aimez le poulet aux hormone par exemple ?!hum