Hollande promet une «pause fiscale»

le
1
Le président reconnaît que les hausses de prélèvements n'ont pas affecté que les ménages les plus aisés.

Un aveu et une promesse. Dans un entretien au Monde daté de samedi, François Hollande a reconnu «qu'à l'automne 2012, face à l'ampleur des déficits, un effort supplémentaire a été demandé aux Français. Notamment aux plus favorisés, mais pas seulement». Jusqu'à présent, l'exécutif répétait que ces hausses d'impôt avaient été très ciblées. «À revenu constant, 9 contribuables sur 10 ne seront pas concernés par les augmentations de fiscalité», avait ainsi affirmé Jean-Marc Ayrault le 27 septembre 2012 sur France 2, au moment de la présentation du budget 2013. Et ce malgré l'évidence. Refiscalisation des heures supplémentaires, hausse des taxes sur le tabac et la bière, gel du barème de l'impôt sur le revenu (IR): ces mesures ont pénalisé les classes moyennes.

Les Français en sont-ils quitte pour autant? Oui, si l'on en croit François Hollande. «Grâ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le samedi 7 sept 2013 à 10:52

    Les promesses n'engagent que ceux qui y croient... Et puis juste avant la campagne des municipales cette annonce n'est pas innocente...