Hollande promet de détruire l'EI, lors d'un hommage national

le
0
 (Actualisé avec autres citations) 
    PARIS, 27 novembre (Reuters) - François Hollande a promis 
"solennellement" vendredi de détruire l'Etat islamique, qui a 
revendiqué les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, 
lors d'un hommage national aux victimes. 
    La France, qui mène des frappes contre l'organisation 
djihadiste en Syrie et en Irak, tente de convaincre les autres 
puissances d'accentuer la lutte armée. 
    Le président français a rencontré cette semaine les chefs 
d'Etat et de gouvernement britannique, américain, allemand, 
italien et russe, obtenant des engagements supplémentaires sans 
toutefois parvenir à constituer la grande et unique coalition 
qu'il avait dans un premier temps appelée de ses voeux. 
    "Je vous promets solennellement que la France mettra tout en 
oeuvre pour détruire l'armée des fanatiques qui ont commis ces 
crimes, qu'elle agira sans répit pour protéger ses enfants", a 
dit François Hollande dans la cour des Invalides, à Paris, en 
présence de plusieurs centaines de personnes, dont des familles 
de victimes. 
    "Je vous promets aussi que la France restera elle-même, 
telle que les disparus l'avaient aimée, et telle qu'ils auraient 
voulu qu'elle demeure", a-t-il ajouté. 
    Au cours de ces attentats, 130 personnes ont été tuées et 
350 blessées. Parmi ces dernières, 97 sont encore hospitalisées 
et 18 en réanimation, a précisé jeudi la ministre de la Santé. 
    Outre la France, 17 pays ont perdu des ressortissants dans 
ces attaques, a souligné François Hollande. 
    Lors de la cérémonie, qui s'est ouverte sur "Quand on a que 
l'amour" de Jacques Brel pour s'achever sur la Marseillaise, les 
noms des victimes, et leur âge, ont été cités un à un pendant de 
longues minutes, dans un silence pesant. Des photos de victimes 
se sont succédé sur un écran géant. 
    Le chef de l'Etat a cité les attaques du 11 septembre 2001 
aux Etats-Unis, ainsi que celles de vendredi dernier à Bamako 
(Mali), de Tunis (au musée du Bardo en mars 2015, contre la 
Garde présidentielle mardi dernier), Copenhague (février 2015), 
Londres (2005) et Madrid (2004). 
    "Cet ennemi nous le vaincrons. Ensemble. Avec nos forces. 
Celles de la République. Avec nos armes, celle de la démocratie. 
Avec nos institutions. Avec le droit", a ajouté François 
Hollande. "Nous mènerons ce combat jusqu'au bout et nous le 
gagnerons." 
    Les membres du gouvernement, des différentes assemblées, des 
institutions, des partis politiques et des représentants de la 
société civile et des religions ont participé à cet hommage. 
 
 (Jean-Baptiste Vey, édité par Sophie Louet) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant