Hollande pris au piège de ses réformes sociétales

le
0
Mariage gay et droit de vote des étrangers sont plus durs à instaurer que prévu.

Ça se complique encore un peu plus pour l'exécutif. Pendant la campagne présidentielle, et face à une situation économique dégradée, François Hollande avait pris grand soin de ne pas trop promettre, limitant ses propositions à soixante. Pour ne pas donner une impression d'impuissance, il avait trouvé une martingale: le sociétal. Un ensemble de réformes à coût financier limité comme «le droit au mariage et à l'adoption pour les couples homosexuels» (proposition 31), «le droit de vote aux élections locales aux étrangers» (proposition 50) ou encore «l'assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité» (proposition 22).

Si ces réformes présentaient l'avantage de pouvoir être réalisées pour un coût financier dérisoire, plus les débats progressent, plus leur prix politique à payer augmente. Au point d'inquiéter l'Élysée, et plus particulièrement en ce moment sur la quest...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant