Hollande pour une position européenne commune sur l'espionnage

le
3
FRANÇOIS HOLLANDE VEUT UNE POSITION COORDONNÉE DE L'EUROPE SUR LE SCANDALE DE L'ESPIONNAGE AMÉRICAIN
FRANÇOIS HOLLANDE VEUT UNE POSITION COORDONNÉE DE L'EUROPE SUR LE SCANDALE DE L'ESPIONNAGE AMÉRICAIN

PARIS (Reuters) - François Hollande s'est prononcé mardi en faveur d'une position coordonnée des Européens face au programme d'espionnage supposé des Etats-Unis à leur encontre.

"Je pense qu'il est nécessaire que l'Europe ait une position coordonnée, commune, par rapport aux exigences que nous avons à formuler, aux explications que nous avons à demander", a déclaré le président français à la presse après une rencontre à l'Elysée avec son homologue lituanienne.

Dalia Grybauskaite, dont le pays vient de prendre la présidence tournante de l'UE pour six mois, a souligné pour sa part l'importance d'avoir davantage d'informations sur les soupçons de surveillance de l'Union européenne par l'agence de renseignements américaine (NSA).

Les deux dirigeants doivent se retrouver avec une vingtaine de leurs homologues mercredi à Berlin pour une réunion sur le chômage des jeunes, où le sujet devrait être abordé en marge des discussions.

François Hollande a précisé par ailleurs que la France n'avait pas "officiellement" reçu de demande d'asile de la part d'Edward Snowden, après l'annonce par le site WikiLeaks que l'informaticien américain demandait l'asile à 21 pays, dont la France.

Edward Snowden est à l'origine des révélations sur l'existence de vastes programmes américains de cybersurveillance et d'espionnage de pays ou entités alliés, comme l'Union européenne ou la France.

"Nous n'avons pas encore reçu de demande particulière de M. Snowden (...) Donc je n'ai pas à faire plus de commentaire", a dit le chef de l'Etat.

Le ministère des Affaires étrangères a confirmé que la France n'avait "pas été saisie d'une demande d'asile de la part de M. Snowden".

L'affaire a fait l'objet d'un entretien entre le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, et son homologue américain lundi après-midi.

"John Kerry l'a assuré qu'il répondrait à ses préoccupations dans les plus brefs délais. Le même message a été passé à l'ambassadeur des États-Unis à Paris, ainsi qu'à la Maison Blanche et au département d'État, dès dimanche, par notre ambassade à Washington", a précisé un porte-parole du Quai d'Orsay.

François Hollande a demandé dès lundi que cessent "immédiatement" les écoutes de la NSA, affirmant que la France "ne saurait accepter ce type de comportement entre partenaires et alliés".

Elizabeth Pineau et Leigh Thomas, édité par Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paumont1 le mardi 2 juil 2013 à 11:59

    Ce n'est pas à Snowden de demander l'asile, pour services rendus nous devrions lui remettre la légion d'honneur, et lui offrir un asile à l'élysée, lui, il a des corones....

  • M7403983 le mardi 2 juil 2013 à 11:33

    Hollande ferait mieux de s'occuper du chômage (du vrai bien entendu) et des entreprises !!Quel bonimenteur !! Comme Mitterrand mais avec beaucoup moins de panache tout de même !!

  • frk987 le mardi 2 juil 2013 à 11:20

    Il a peur que les espions apprennent à leurs commanditaires qu'il est nul ??? Tout le monde le sait déjà !!!!