Hollande pour un nouveau "pacte" entre l'école et la Nation

le
6
FRANÇOIS HOLLANDE VEUT PASSER UN NOUVEAU "PACTE ENTRE L'ÉCOLE ET LA NATION"
FRANÇOIS HOLLANDE VEUT PASSER UN NOUVEAU "PACTE ENTRE L'ÉCOLE ET LA NATION"

ORLEANS (Reuters) - Augmenter le nombre de maîtres, revoir la semaine de quatre jours, améliorer la formation des enseignants : François Hollande veut passer un nouveau "pacte entre l'école et la Nation", qui passera par la création de 60.000 postes dans l'Education nationale.

Dans un discours qu'il devrait prononcer jeudi soir à Orléans (Loiret), et dont le Monde publie des extraits, le candidat socialiste à l'élection présidentielle affirme vouloir corriger la politique menée depuis cinq ans tout en cherchant à répondre aux besoins de l'école.

"Il ne suffira pas de quelques aménagements à la marge. Au-delà des questions de moyens, on a besoin d'une transformation en profondeur du système qui aujourd'hui ne fonctionne pas bien", a expliqué à Reuters Bruno Julliard, responsable de l'Enseignement scolaire dans l'équipe de campagne du candidat.

"Nos résultats ne sont pas bons, en comparaison avec ce qui se passe dans d'autres pays. En même il faut proposer des questions concrètes", a-t-il ajouté.

Une partie des nouveaux postes créés dans l'Education - 12.000 par an environ - seront affectés à l'école primaire.

Les quartiers défavorisés, d'où proviennent une grande partie des quelque 150.000 élèves qui sortent chaque année sans diplôme, seront servis en priorité.

"Ce ne sera pas une mesure uniforme de dédoublement de classes sur l'ensemble des écoles où il y aura du personnel supplémentaire. Il y aura des adultes en plus, qui pourront intervenir en accompagnement des enseignants", explique Bruno Julliard.

En primaire, François Hollande devrait proposer de remplacer l'évaluation en CE1 et CM2 par une autre forme de suivi favorisant, selon des propos rapportés par Le Monde, "la coopération plutôt que la compétition".

Pour mieux lutter contre l'échec scolaire, le candidat veut aussi améliorer la jonction entre l'école primaire et le collège, et celle entre le lycée et l'université. Il souhaite aussi réserver des formations supérieures aux élèves titulaires d'un baccalauréat technologique ou professionnel.

La formation des enseignants sera revue, avec le rétablissement d'une année de stage, un encouragement à la formation continue et la mise en place d'un système de recrutement dès la licence pour favoriser les vocations.

La réforme des rythmes scolaires, et la fin de la semaine de quatre jours - "qui s'est traduite pour les élèves par une dégradation conséquente des condition de travail', dit Bruno Julliard -, est aussi envisagée.

Selon ce dernier, les récentes rencontres entre François Hollande et les syndicats d'enseignants sont encourageantes.

"Globalement il y a un bon accueil car il y a une attente de changement. On se connaît. En même temps, des sujets comme les rythmes scolaires et la formation des enseignants demanderont beaucoup de concertation", a-t-il dit.

Elizabeth Pineau, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9941825 le jeudi 9 fév 2012 à 18:31

    des idées qui pourraient être acceptables -----mais que va t'il en rester après le passage sous les fourches caudines DES SYNDICATS

  • bercam01 le jeudi 9 fév 2012 à 16:57

    Seuls le rétablissement de l'ordre et de la discipline dans les enceintes scolaires permettront de revenir à de saines pratiques pédagogiques. Le boulot d'un enseignant c'est uniquement de transmettre son savoir et non de gérer les conflits. Au lieu de multiplier le nombre de pédagos, il faut restaurer dans leur plénitude les fonctions de censeur des études et de surveillant général et ne pas chercher à maintenir à tout prix dans le système scolaire des voyoux dont la place est ailleurs...

  • rdalbin le jeudi 9 fév 2012 à 16:50

    la semaine des 4 jours, mais ce sont les enseignants de "gauche" qui l'ont voulu !!!!

  • chatnour le jeudi 9 fév 2012 à 16:26

    Les quartiers défavorisés (...) seront servis en priorité." = ça s'appelle le nivellement par le bas ! Il aurait pu dire "je vire tous les fainéants dans l'Education Nationale" et je les remplace en recrutant des nouveaux enseignants et là, il avait son quota d'un fonctionnaire sur 2 !

  • laquitta le jeudi 9 fév 2012 à 16:10

    comme d'habitude, la gauche defait ce que fait la droite et vice versa. A ce ryhtme là nous ne sommes pas pret de sortir du merdier ou nous sommes depuis 30 ans.

  • M1736621 le jeudi 9 fév 2012 à 15:56

    C'est comme pour l'Europe : on efface tout et on recommence comme je veux. Qui c'est le roi?