Hollande : pour Mauroy, «réformer ce n'était pas renoncer, c'était réussir»

le
41
Hollande : pour Mauroy, «réformer ce n'était pas renoncer, c'était réussir»
Hollande : pour Mauroy, «réformer ce n'était pas renoncer, c'était réussir»

Ses propos ont résonné comme une défense de son action. François Hollande a salué la mémoire de Pierre Mauroy, un «enfant du peuple» pour qui «réformer ce n'était pas renoncer, c'était réussir», à l'occasion de l'hommage national rendu à Paris à l'ancien Premier ministre (1981-84) et maire de Lille, mort il y a quatre jours à l'âge de 84 ans à l'hôpital Percy de Clamart.

>> EN IMAGES. La classe politique rend hommage à Pierre Mauroy

La cérémonie, qui s'est déroulée dans la cour d'honneur de l'Hôtel national des Invalides (VIIe), était présidée par François Hollande, accompagné de Jean-Marc Ayrault, du gouvernement au complet et des principaux responsables de la majorité. La droite était représentée par des ténors comme Jean-François Copé, Jean-Pierre Raffin (UMP) ou encore Jean-Louis Borloo (UDI). Le Président de la République a commencé par saluer la famille du défunt, avant l'arrivée dans la cour des Invalides du cercueil.

Dans son éloge funèbre suivant les honneurs militaires, François Hollande a salué cet «enfant du peuple», «entré dans l'Histoire» car il a été «l'artisan de grandes conquêtes sociales et de liberté nouvelles». Il a estimé que «rendre hommage à Pierre Mauroy, c'est faire l'éloge du courage politique, de la constance et surtout de la fidélité».

«Réformer, c'est passer à la réalité des actes»

Pour lui, Pierre Mauroy «c'était une stature imposante, une voix chaude avec des phrases, des intonations, tumultueuses. C'était un visage, bienveillant, solide, ferme. C'était aussi un homme d'une grande finesse : finesse d'esprit avec une intelligence des gens et des situations. (...) Finesse politique pour arriver habilement a ses fins.» Le Président n'a pu s'empêcher d'évoquer «ses mains longues, interminable, blanches», dont tout le monde parle depuis son décès.

François Hollande a saisi l'occasion pour faire l'éloge du réformisme et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • SuRaCtA le mercredi 12 juin 2013 à 16:04

    Pour Hollande, réformer trouver le plus petit denominateur commun poru trouver un consensus mou qui froisse le moins de monde possible... Bref cela revient à perdre du temps et donc reculer dans un monde en mouvement ou les autres avancent sans nous attendre ! Avec les conséquqnces que l'on sait : Chomage, deficit & dette, et un avenir sombre pour les plus jeunes...

  • psdi le mercredi 12 juin 2013 à 15:29

    @M2110926 : "Si pour "Mauroy réformer c'est réussir" pour Hollande, réussir, c'est quoi ?". Je pense que la réponse est simple, il me semble qu'il nous l'a dit. C'est de faire en sorte qu'en 2017 les français soient mieux qu'en 2012 et il nous a donné rendez vous pour cette date et a demandé à être jugé sur ce bilan là.

  • cristo le mercredi 12 juin 2013 à 14:15

    Et voilà comment on croit construire la France à grand coup de formules creuses et pathétiques, pendant ce temps ce temps on avance sur rien (retraites, emploi, enseignement) et on recule sur le reste (contrôleurs aériens -apres voir laisser se derouler la greve ce qui est un comble ! immobilier, etc)

  • M9095115 le mercredi 12 juin 2013 à 13:42

    On dirait que la réussite pour un bon socialo c'est f.outre a France à plat et la ils ont réussit aussi bien gros quinquin que le capitaine de pédalo

  • M9095115 le mercredi 12 juin 2013 à 13:39

    Effectivement Pépère est à mettre à la réforme au plus vite avec toute sa clique de branques

  • frede331 le mercredi 12 juin 2013 à 13:27

    Un vrai modele ce Mauroy. Dilapider l'argent patiemment accumulé par Raymond Barre et mettre la France en quasi-faillite en moins d'un anIl est vrai qu'il y a de la similitude entre la gestion du Ping.uoin et la gestion du Rougeot de Lille. En moins d'un an il a reussi a tout fou.tre en l'air

  • heimdal le mercredi 12 juin 2013 à 12:26

    En Sociazie réformer c'est toujours en piquer à ceux qui bossent et créer une pléthore d'aides en tout genre pour les fainéants et les immigrés .

  • M2110926 le mercredi 12 juin 2013 à 10:38

    Si pour "Mauroy réformer c'est réussir" pour Hollande, réussir, c'est quoi ?

  • gille493 le mercredi 12 juin 2013 à 09:48

    Gros Quinquin était un soulard, comme sa successrice, qui a fait à la france le plus de mal qu'il a pu.Et TOUTE la classe plotique lui rend hommage??

  • fbordach le mardi 11 juin 2013 à 21:38

    On s’en souvient (vaguement) : le candidat Hollande avait promis, outre quelques ruisseaux de miel et de lait, des fesses roses aux bébés et des retraites heureuses aux anciens. Le président Hollande, pour conserver son pouvoir, va cependant devoir fermer le robinet à miel et à lait, arrêter la distribution de talc et réformer les retraites. Ou, au moins, faire comme si.