Hollande plaide pour le devoir de mémoire à Izieu

le
0

PARIS, 6 avril (Reuters) - Tous les aspects de l'histoire de France, même les plus sombres, doivent être enseignés dans tous les établissements scolaires, a déclaré lundi François Hollande lors d'une visite au mémorial d'Izieu, un village de l'Ain où 44 enfants et sept adultes juifs ont été raflés par les nazis il y a 71 ans. Le chef de l'Etat a dénoncé en outre les "poisons mortels" que constitueraient pour la France le repli et l'isolement, dans une allusion à peine voilée au programme du Front national. Trois mois après les attentats de Paris, il a évoqué la situation dans des pays comme l'Irak, la Syrie, le Nigeria ou plus récemment le Kenya où l'on tue "des juifs parce que juifs, des chrétiens parce que chrétiens et des musulmans parce qu'ils sont musulmans." "La barbarie n'a pas d'âge, de couleur, de limite" et de couleur", a-t-il dit avant d'insister sur le rôle des lieux de mémoire et de l'éducation nationale pour la transmission des valeurs. "Tous les aspects de notre passé doivent être enseignés à tous les élèves dans tous les établissements. Tous doivent être des lieux d'explication pour que nous puissions revenir sur les pages lumineuses, les figures rayonnantes mais aussi les moments les plus sombres de notre histoire, l'esclavage, la colonisation, la Shoah". Une semaine après des élections départementales marquées par une forte poussée du Front national, François Hollande a évoqué à mots couverts la situation politique en France. "Personne ne peut imaginer que la République serait à ce point fragile que la France devrait se barricader, s'enfermer à double tour, fuir les échanges plutôt que de rendre compte avec fierté de nos talents, de notre culture, de notre capacité industrielle mais aussi de la richesse de notre diversité." "Le repli et l'isolement sont toujours des poisons mortels pour une nation. La France succomberait si elle y succombait". Tous les enfants de la colonie juive d'Izieu arrêtés par la Gestapo le 6 avril 1944 ont été déportés et assassinés. (Yann Le Guernigou, édité par Eric Faye)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant