Hollande ouvre sa 3e conférence sociale dans un climat de tension inédit

le
10
Hollande ouvre sa 3e conférence sociale dans un climat de tension inédit
Hollande ouvre sa 3e conférence sociale dans un climat de tension inédit

Chômage record, menaces de boycott partiel de la CGT et FO, tensions entre syndicats et patronat. C'est peu dire que François Hollande ouvre ce lundi la 3e conférence sociale du quinquennat dans une ambiance tendue. Après deux éditions plutôt consensuelles, cette troisième grand-messe se déroulera lundi après-midi et mardi au Palais d'Iéna dans un climat social dégradé, avec un enjeu central: l'emploi.

Après la fronde du patronat, c'est désormais à l'ire des syndicats que l'exécutif est confronté. Et le dialogue social, que le chef de l'Etat a érigé en moteur des réformes, semble fragilisé. Alors que certains syndicats (CGT, FO, CFE-CGC) étaient déjà très remontés par les 40 milliards d'aides aux entreprises prévues par le pacte de responsabilité, les nouveaux gestes annoncés par Manuel Valls en faveur des employeurs ont, à leurs yeux, fait déborder la coupe.

Les syndicats dénoncent un «coup porté» au dialogue social

Face aux menaces patronales de boycott de la conférence, le Premier ministre a décidé un report partiel du futur compte pénibilité, qui permettra à certains salariés de partir plus tôt à la retraite, et demandé aux partenaires sociaux de discuter d'une simplification du Code du travail. Un casus belli pour la CGT et FO, qui menacent à leur tour de bouder en partie ce rendez-vous.

Thierry Lepaon, numéro un de la CGT, a annoncé qu'il participerait à la réunion prévue lundi avec François Hollande, car «débattre avec le président de la République est un acte républicain». Mais il a posé des conditions à sa participation mardi aux tables rondes et au discours de clôture de Manuel Valls. Tout dépendra de l'accueil réservé aux revendications de sa centrale.

Son homologue de FO, Jean-Claude Mailly, sera lui-aussi présent lundi mais entend «marquer le coup» mardi. Le réformiste Laurent Berger (CFDT), qui a jusqu'ici soutenu les réformes du gouvernement, ne jouera pas la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2734309 le mardi 8 juil 2014 à 09:07

    M8252219 des vEaux

  • 82554976 le mardi 8 juil 2014 à 08:41

    Cet homme n'a que des changements dans son paraitre alors que si Hollande avait des koui.lles , il annoncerait du sang et des larmes tant la situation économique du pays est dramatique

  • boudh1 le mardi 8 juil 2014 à 08:17

    Faut boycotter et le laisser seul...

  • frk987 le mardi 8 juil 2014 à 07:49

    Avec FH tout est tension, attendez le défilé du 14/07....là aussi va y avoir beaucoup de tension.

  • M8252219 le lundi 7 juil 2014 à 10:06

    2 ans et demi de parlote.de charges fiscale et de réglementation sociale pour encore recommencer VRAIMENT NUL et hollande à été élu par une majorité de français. DE Gaulle avait raison les français sont des vaux

  • mfouche2 le lundi 7 juil 2014 à 09:08

    pauvre François, toujours dans les palabres, groupes de travail, ou de reflexion, concertations, négociations, discussions.... Bref un vrai président , un guide, un chef qui prend les décisions qu impose la gravité de la situation , un Churchill quoi !

  • M2286010 le lundi 7 juil 2014 à 06:22

    A ce jour, qui crée les emplois la CGT ou le patronat? Oui, je sais, le gouvernement empile les emplois aidés sur les fonctionnaires nationaux, territoriaux, locaux, pour quel résultat? L'inversion de la courbe du chômage pour 2018?

  • knbskin le lundi 7 juil 2014 à 05:04

    Cinema :D ...

  • TL70190 le lundi 7 juil 2014 à 01:11

    moi aussi je suis enarque ...

  • dgui2 le dimanche 6 juil 2014 à 23:51

    Rien de neuf à part la monture des lunettes et la cravate toujours de travers....