Hollande, ou le grand recasage

le
5
Hollande, ou le grand recasage
Hollande, ou le grand recasage

« C'est la République des copains ! » : après la promotion dimanche de l'ex-ministre Marie-Arlette Carlotti à la tête du Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées, l'opposition se déchaîne contre François Hollande, accusé de remercier ses fidèles en distribuant ce qu'il est convenu d'appeler des « fromages de la République » alors qu'il avait promis un « Etat impartial ». Cette nomination, il est vrai, intervient après celle du député PS François Brottes à RTE (Réseau de transport d'électricité), dans des conditions légales mais pas forcément très morales. Une astuce a en effet permis à l'exécutif d'éviter une législative partielle à risque pour désigner son successeur à l'Assemblée. « Lamentable... », soupire un habitué de l'Elysée. Depuis 2012, la liste est longue des nominations qui enflamment les esprits. « Etat PS » ou pas ? Choquant ou pas ? « Il faut distinguer les cas et ne pas tout mélanger », met en garde l'intraitable député René Dosière (apparenté PS).

Qu'en est-il, d'abord, des promotions d'anciens hauts conseillers de l'Elysée ou de Matignon ? Comme Pierre-René Lemas, ancien secrétaire général du palais, nommé à la tête de la Caisse des dépôts. Ou Christophe Chantepy, ancien dircab de Jean-Marc Ayrault à Matignon et proche de Ségolène Royal, bombardé dans la torpeur de l'été ambassadeur de France en Grèce. « C'est de tradition pour les gens qui ont occupé des postes particulièrement importants à l'Elysée et Matignon. Ça n'a rien de choquant et c'est très limité », juge Dosière, qui voit là une récompense pour services rendus à de grands serviteurs de l'Etat.

«Ça ressemble à du copinage»

Nicolas Sarkozy en avait fait autant en propulsant sous les critiques son bras droit, François Pérol, à la tête du groupe bancaire BPCE. Néanmoins, l'ancien numéro trois de l'Elysée s'est retrouvé depuis poursuivi pour prise illégale ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rodde12 le mercredi 26 aout 2015 à 18:15

    Comme dans la Grèce ancienne il faudrait les juger en fin de charge. Et sévir.

  • M8252219 le mercredi 26 aout 2015 à 15:10

    Depuis 2012: 81 milliards d’impôts supplémentaires ont été payés par les français. hausses ou créations de nouvelles taxes ou impôts. MALGRÉ CELA 600 000 chômeurs de plus depuis 2012, vulgairement "ou est passé le fric ? comment a-t-il été utilisé et à quoi a-t-il servi ? Déficit français plus de 2 000 milliards et tous les ans 60 à 80 milliards de déficit en plus. ou nous mène ce gouvernement avec une telle politique...

  • M2734309 le mercredi 26 aout 2015 à 12:16

    J'espère qu'après les élections de 2017 on pourra leur rendre la pareille et virer toute cette clique de bons à rien !

  • C177571 le mercredi 26 aout 2015 à 11:31

    Thomas Sotto porte bien son nom. Il est décevant dans cette interview.

  • C177571 le mercredi 26 aout 2015 à 11:29

    Quel commentaire faire devant cet immonde panier de crabes qui nous coutent très cher!