Hollande ne veut pas «donner de leçons» aux dirigeants africains

le
1
Hollande ne veut pas «donner de leçons» aux dirigeants africains
Hollande ne veut pas «donner de leçons» aux dirigeants africains

La petite leçon de démocratie livrée samedi à Dakar, au Sénégal, par François Hollande n'a pas été du goût de tous. A tel point que le chef de l'Etat a dû rectifier le tir dimanche en assurant, lors d'une conférence de presse clôturant le sommet de la Francophonie, que son pays n'entendait «pas donner de leçons» aux dirigeants africains.

«La France n'est pas dans une posture qui serait celle de donner des leçons au nom de je ne sais quelle prétention» et ce, «pour quelque continent que ce soit» a souligné dimanche de le chef d'Etat français.

«Gênant» et «inélégant»

Samedi, face à la trentaine de dirigeants, majoritairement africains, réunis dans la capitale sénégalaise, François Hollande avait insisté sur les «leçons» démocratiques de Tunisie et du Burkina Faso, et lancé un avertissement aux dirigeants qui voudraient se maintenir à tout prix au pouvoir. 

Or, cet avertissement a provoqué remous et critiques. La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo n'a pas caché son agacement. «Je trouve ça gênant qu'un président vienne dicter ce qui devrait se passer. Je trouve ça assez inélégant. Qui décide de l'avenir politique des Africains ? Ce n'est pas Paris !» s'est-elle exclamée aux micros de France 24 et RFI. «Je trouve que ce n'est pas normal que ce soit le président français, François Hollande, qui décide ce qu'il va se passer dans les pays africains par rapport à leur avenir politique.»

VIDEO. La ministre rwandaise critique l'attitude de François Hollande

Au Rwanda, des partis proches du pouvoir ont lancé le débat sur le maintien à la tête de l'Etat après 2017 du président Paul Kagame, en réclamant un référendum pour modifier la Constitution et lui permettre de briguer un nouveau mandat. Le texte actuel, adopté en 2003, limite à deux le nombre de mandats présidentiels et interdit donc en l'état à Paul Kagame, élu en 2003 et 2010, de se ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair le lundi 1 déc 2014 à 00:26

    Hollande ne veut pas «donner de leçons» aux dirigeants africains. Il a raison. Ils sont plus intelligent que lui