Hollande ne se résout pas à l'impopularité

le
1
L'intervention du chef de l'État le 14 Juillet sonne comme un aveu d'impuissance.

Comme promis, François Hollande n'a pas parlé depuis l'Élysée. Mais même depuis l'hôtel de la Marine, et en dehors du symbole, l'intervention télévisée du chef de l'État pour le 14 Juillet est restée très conventionnelle. Une table, deux journalistes, des questions et surtout l'aggravation de la crise en toile de fond, avec le plan social de PSA comme illustration emblématique.

«L'État ne laissera pas faire», a promis François Hollande, comme pour se démarquer de Lionel Jospin, qui, durant la campagne présidentielle de 2002, avait donné un sentiment d'impuissance en assurant que «l'État ne peut pas tout».

Ce qui n'a pas empêché François Hollande d'offrir à son ancien mentor l'occasion de faire son retour sur la scène politique en lui confiant la présidence de la toute nouvelle commission sur la moralisation et la rénovation de la vie politique. Comme si le chef de l'État semblait plonger dans le même désarroi, à l'époque, que l'ancien premier ministre

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6920174 le lundi 16 juil 2012 à 08:35

    tu as raison , avec la CGT vous allez acheter PSA bande de fauchés ...