Hollande mènera une campagne de vérité, dit Sapin

le
0

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - François Hollande, candidat socialiste à l'élection présidentielle de 2012 en France, mènera une campagne de vérité et de responsabilité en matière de réduction des déficits, a déclaré mardi l'un de ses proches, le député Michel Sapin.

Dans un entretien à Reuters, cet ancien ministre socialiste de l'Economie demande à la droite de "sortir du bois" pour modifier une politique qui fait craindre aujourd'hui au pays une dégradation de la note "triple A" lui permettant de se financer à des coûts avantageux.

Désigné dimanche candidat du PS à l'issue d'une primaire, François Hollande a commencé à dévoiler un programme centré sur la réduction des déficits via une vaste réforme fiscale.

"Que la campagne électorale, qui va se développer sur six mois, soit une campagne de responsabilité, une campagne de vérité, c'est la marque de fabrique de François Hollande", souligne Michel Sapin, cité comme un possible ministre de l'Economie si le candidat socialiste entre à l'Elysée.

"Il faut tracer un chemin imperturbable de diminution des déficits publics, non parce qu'il y a des agences de notation ou des marchés, mais parce qu'il en va de notre souveraineté - on est entre les mains de ceux qui nous prêtent de l'argent - et des marges de manoeuvre dans les domaines d'avenir".

François Hollande veut ramener le déficit de la France à 3% du PIB en 2013, ce qui est aussi la cible du gouvernement de Nicolas Sarkozy, avec un objectif "zéro déficit" en 2017.

Il entend mettre en place un contrat de générations récompensant les entreprises qui embauchent un jeune tout en gardant un senior, et des hausses d'effectif dans l'Education nationale, à raison de 12.000 postes par an sur cinq ans.

SORTIR DU CERCLE VICIEUX

Des mesures parfaitement compatibles avec la rigueur budgétaire voulue par le candidat, selon Michel Sapin.

"Le contrat de générations sera pris sur les exonérations et les baisses de cotisations sociales, ce n'est pas de la dépense supplémentaire mais de la réaffectation", dit-il.

"Quant aux professeurs, François Hollande ne dit pas qu'il va augmenter pour autant le nombre de fonctionnaires, et encore moins qu'il va augmenter la masse salariale qui pèse fortement dans le budget de la France", ajoute le député.

Si elle l'emporte en 2012, la gauche reviendra-t-elle sur le prêt à taux zéro ou la baisse de la TVA dans la restauration ?

"Rien n'est entendu", répond Michel Sapin. "Ce qui est certain c'est qu'on ne peut pas restaurer la situation des finances publiques en maintenant l'ensemble des cadeaux fiscaux qui représentant quasiment la moitié du déficit aujourd'hui".

A ceux qui reprochent au candidat Hollande de ne pas abattre suffisamment de cartes sur le terrain économique, Michel Sapin réplique que c'est d'abord à l'actuelle majorité de gérer une situation dont elle est responsable.

"C'est au gouvernement de sortir du bois", estime-t-il. "Ce qui est aujourd'hui mis sous surveillance, c'est la politique de ce gouvernement, c'est lui qui doit réagir fortement et intelligemment sinon il va encore plus inquiéter".

Aux yeux du député, rigueur budgétaire n'est pas synonyme d'immobilisme et "on peut être très strict du point de vue des déficits tout en étant dans le mouvement".

"C'est d'ailleurs le seul moyen pour sortir du cercle vicieux dans lequel le gouvernement nous met aujourd'hui, où la seule austérité provoque de la dépression, qui provoque du déficit", ajoute Michel Sapin.

Edité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant