Hollande : Macron appelle à "respecter l'homme et la fonction"

le
0
Photo d'illustration. Évoquant son éventuelle candidature à la présidentielle, Emmanuel Macron déclare : Il y a des choses qui dépendent de moi, d?autres non.
Photo d'illustration. Évoquant son éventuelle candidature à la présidentielle, Emmanuel Macron déclare : Il y a des choses qui dépendent de moi, d?autres non.

Une vingtaine de journalistes étaient présents, ce matin, au Quai des savoirs de Toulouse pour accueillir Emmanuel Macron. L'ex-ministre de l'Économie, désormais leader du mouvement En marche !, semble en campagne. Il serre des mains, échange des sourires et aime casser le protocole pour saluer les Toulousains présents au forum Futurapolis dédié aux nouvelles technologies. Rapidement pressé par des journalistes locaux, Emmanuel Macron doit réagir à son éventuelle candidature à la présidentielle. Malgré son sourire, l'ex-ministre ne cache pas son agacement : « Ce n'est pas à l'ordre du jour, à chaque jour suffit sa peine. Là, je suis en réflexion, à la rencontre des acteurs du monde de l'économie et des forces vives du pays. Je suis en mouvement, en marche », explique-t-il, même s'il s'est arrêté pour apporter cette clarification.

S'il a refusé d'évoquer le débat à la primaire ? « je ne l'ai pas regardé », confie-t-il ?, Emmanuel Macron est longuement revenu sur sa vision de l'économie. Morceaux choisis : « Le débat ne doit pas être de savoir s'il faut travailler 35 ou 38 heures. Le temps de travail, ça n'a déjà plus de sens. L'idée d'avoir un CDI dans la même entreprise toute sa vie, c'est révolu. On doit sortir du schéma binaire employé-chômeur, sans que cela engendre de stigmate social. » Pour l'ex-ministre, l'économie française a besoin de « héros » (« portés par les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant