Hollande : «Les mous peuvent atteindre la perfection»

le
5
Hollande : «Les mous peuvent atteindre la perfection»
Hollande : «Les mous peuvent atteindre la perfection»

«Parfois les mous peuvent atteindre la perfection.» Ce n'était pas une petite blague mais une remarque, sans doute peu inoncente, de François Hollande prononcée ce jeudi au palais de l'Elysée où le président de la République recevait les écrivains ayant participé à l'ouvrage collectif intitulé «Football de légendes, une histoire européenne. 30 joueurs, 30 photos, 30 écrivains». 

François Hollande ne parlait pas directement de lui, comme l'auront immédiatement pensé les mauvaises langues, mais faisait référence au Tchécoslovaque Antonin Panenka qui, en 1976 en finale du championnat d'Europe des Nations contre l'Allemagne, a marqué l'histoire du football avec un penalty marqué d'une simple pichenette, une technique qui porte désormais son nom.

«Une feuille morte restée dans les mémoires»

Devant un parterre d'écrivains, le chef de l'État a donc filé la métaphore entre football et parcours politique, avec pour exemple ce célèbre penalty marqué par Panenka : «Ca c'était un ballon tout mou. Parfois les mous peuvent atteindre la perfection, la subtilité, l'élégance, la surprise», a développé François Hollande devant l'auteur de bande-dessinées Enki Bilal, l'écrivain Philippe Delerm ou encore le président de l'Académie Goncourt Bernard Pivot.

«Et donc une "feuille morte" (NDLR: ce tir flottant sans aucune puissance) est restée dans toutes les mémoires. Je ne sais pas si ce sera possible de donner son nom mais une Panenka c'était le talent pur...», a poursuivi François Hollande, dans ce qui est apparu à chacun comme une référence voilée à son quinquennat. 

«Courir ne sert pas à grand chose»

Évoquant la mémoire de Johan Cruyff, le mythique N°14 néerlandais, décédé fin mars, le chef de l'État a enchaîné en développant sur les avantages parfois de la lenteur: «Cruyff avait cette formule, "courir ne sert pas forcément à grand chose, c'est le ballon qui doit aller ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gillesk6 il y a 7 mois

    Notre Calimero et barbapapa pour ceux qui connaissent ces personnes de dessins animés des années 80.

  • 2445joye il y a 7 mois

    La "Panenka" n'était pas tant un tir mou qu'un tir vicieux, lesquels sont plus fréquents après le coucher du soleil.

  • M4841131 il y a 7 mois

    pour finir, tu aurais dû lire le dernier sondage "les français à 92% veulent un vrai président qui remette de l'ordre sécuritaire en France", allez salut mollasson ....

  • M4841131 il y a 7 mois

    il y a 2 heures et tes brèves de comptoir de bistrot, garde les pour toi, y paraît que tu es président.............

  • M8252219 il y a 7 mois

    LE BILAN EST LÀ : Depuis 2012, 700 000 chômeurs de plus : le déficit de la France à 2100 milliards d'euros et ça augmente tous les jours. Toujours moins d'égalité entre salariés du privé et employés du " service dit public" et les statuts spéciaux. Toujours deux fois plus de parlementaires par habitants que les pays européens nos partenaires. 80 MILLIARDS D’IMPÔTS ET TAXES SUPPLÉMENTAIRES DEPUIS 2012.