Hollande : les fonctionnaires ne sont pas une «variable d'ajustement» budgétaire

le
218
Hollande : les fonctionnaires ne sont pas une «variable d'ajustement» budgétaire
Hollande : les fonctionnaires ne sont pas une «variable d'ajustement» budgétaire

François Hollande l'a affirmé à Bruxelles dans la nuit de jeudi à vendredi, à l'issue de la première journée du sommet européen : la France doit «tenir sa dépense publique en 2013». Pour autant, a-t-il précisé quelques heures plus tard, en début d'après-midi, les fonctionnaires ne doivent pas être une «variable d'ajustement».

«Ce serait trop simple de penser qu'on peut régler les problèmes de finances publiques de notre pays» ainsi, a fait valoir le président de la République. Une façon de répondre aux députés UMP et UDI, auteurs d'un rapport sur le déficit de l'Etat, qui s'inquiétaient «de la fin du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite et de la stabilisation des effectifs promis par François Hollande»?

«Il s'agirait, si on voulait trouver les moyens de réduire substantiellement le déficit, de se séparer d'une fonction publique. Je ne l'accepterai pas, les Français pas davantage», a insisté le président de la République qui a tenu à souligner que «les fonctionnaires ne sont pas exonérés de l'effort». «Qu'est-ce que je demande aux fonctionnaires? C'est de ne pas avoir d'augmentation du point d'indice», un «sacrifice important», selon lui.

«Tout faire pour qu'il y ait plus de croissance»

Son engagement de «tenir sa dépense publique en 2013» intervient après la mise en garde de la Cour des comptes sur les risques de dérapage des déficits publics. Le chef de l'Etat a jugé «prématuré» d'avancer une évaluation du déficit 2013 «puisque tout dépendra de l'évolution des recettes dans le second semestre». Il a rappelé que l'objectif était de ramener les déficits à 3,7% du PIB en fin d'année.

«Si la croissance restait aussi faible, c'est-à-dire, si nous étions en légère récession (...), il est à craindre que nous ayons moins de recettes que prévu», a cependant reconnu le président français. «Si les recettes rentraient moins bien faute de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • annelion le mardi 2 juil 2013 à 11:06

    Bref. La France veut garder beaucoup de fonctionnaires mal payes et en travaillant donc un minimum.Il faut un jour qu'on m'explique pourquoi il y a 50 ans un instit n'ayant pas fait plus que deux ans d'étudesaprès le bac (et encore) n'avait pas grand problème pour apprendre à des classes de 30 élèves de lire, écrire,compter, multiplier, diviser plus des notions d'histoire, de geographie etcEt pourquoi à l'heure actuelle il faut avoir un master pour obtenir des resultats nul.

  • cguintar le samedi 29 juin 2013 à 17:45

    mais bien sur il faut proteger les fonctionnaires, mais il n'a pas tenu le même langage en faveur des retraités, pour lui ces derniers sont bien "une variante de l'ajustement"mais les retraités ne peuvent pas faire grève à l'inverse des fonctionnaires et SNCF/RATP/EDF/ ETC....

  • fgino le samedi 29 juin 2013 à 17:03

    Flam.by est censuré ahahahah !!!

  • fgino le samedi 29 juin 2013 à 17:02

    Hollande a été élu sur un malentendu! apres 5 ans de dénigrement de Sarko (SARKO bashing) 52% ont voté sur un reflexe de pavlov ... meme le FN !! qui se retrouvent le bec dans l'eau avec un socialo pur beurre qui va leur mettre le vote des étrangers ! mais c'est pas fait ...la france va se réveiller ! je ne sais quand ! mais Hollande ne finira pas son mandat comme il l'a commencé ... le flamboyant Fla*mby !!!

  • M3154658 le samedi 29 juin 2013 à 16:56

    BLABA ...BLABA ... ! Le roi est nu ... !!!

  • knbskin le samedi 29 juin 2013 à 16:40

    Rien n'est moins sûr, fgino : aujourd'hui, nous assistons en gros à un "remake" du septennat Mitterrand 1981-1988. En moins flamboyant, mais du même tonneau. Qui aboutira aux mêmes résultats. Ce que Hollande espère : se faire réélire en 2017, comme Mitterrand : il n'y a QSUE CELA qui l'intéresse.

  • fgino le samedi 29 juin 2013 à 15:44

    le socialisme va disparaitre ! on ne peut pas faire du socialisme quand les caisses sont vides, 7 millions de Chomeurs , 7 millions de fonctionnaires, 11 millions d'étrangers, 15 millions de retraités, 16 millions de moins de 20 ans, il reste 20 millions d'actifs du privé qui font bouillir la marmite pour 75 millions ça fait bcp !!!

  • fgino le samedi 29 juin 2013 à 15:32

    je vais m'ennuyer ce WE ! ya pas d'élection !

  • knbskin le samedi 29 juin 2013 à 15:14

    Exact, chnivet ... C'est dans la logique du système : Dans l'esprit d'un bon militant PS français, l'Etat est réputé savoir tout faire, "naturellement bien". C'est en fait un principe hérité du Roi de France, élu de Dieu, qui n'a de comptes à rendre qu'à Dieu. Aujourd'hui, il n'y a plus ni Dieu ni Roi, mais nous avons le PS : on est sauvés ... ;)

  • chnivet le samedi 29 juin 2013 à 14:31

    la réflexion ce n'est pas celle là qu'il faut faire . Il faut redéfinir ce qui revient au service public et de ce qui ne lui revient pas .On est dans une surenchère permanente de la prise en charge des activités de la société .C'est l'idéologie du pouvoir .Dans cet idéal "je prend tout et je redistribue ".Chine, Urss , RDA années 60-80.