Hollande : «les Calédoniens auront le dernier mot» sur leur avenir

le
1
Hollande : «les Calédoniens auront le dernier mot» sur leur avenir
Hollande : «les Calédoniens auront le dernier mot» sur leur avenir

Une phrase pour rassurer les insulaires. A peine arrivé en Nouvelle-Calédonie après le G20 à Brisbane en Australie, François Hollande a déclaré dimanche soir (heure local) sur le tarmac de l'aéroport que «les Calédoniens auront le dernier mot» pour choisir leur avenir.

Sur le tarmac de l'aéroport, il a été accueilli pour cette visite de 36 heures par une cérémonie militaire puis par une cérémonie coutumière kanak. «Je viens pour insister sur la parole de l'Etat, la parole de la France», a-t-il assuré, avant d'évoquer le référendum d'autodétermination qui aura lieu au plus tard en 2018 dans cet archipel en cours de décolonisation, conformément à l'accord de Nouméa (1998). «A nous de faire en sorte qu'elle puisse être un succès», a-t-il également déclaré avant de rejoindre la résidence du Haut-commissaire de la République pour la nuit.

Au travers du référendum d'autodétermination, la France espère réussir pour la première fois de son histoire un processus de décolonisation par l'accompagnement plutôt que par la rupture.

Au programme, l'inauguration d'une usine de traitement de nickel

Pour exprimer «la neutralité» que l'Etat entend observer dans la perspective de cette échéance, François Hollande ira se recueillir lundi sur la tombe de Jacques Lafleur, ancien leader «caldoche» décédé en 2010, puis sur celle de Jean-Marie Tjibaou, dirigeant kanak assassiné en 1989. Les deux hommes avaient scellé la réconciliation entre les communautés en signant en 1988 les accords de Matignon qui avaient mis fin à plusieurs années d'affrontements parfois sanglants.

Son programme de lundi sera également marqué par l'inauguration d'une usine de traitement de nickel de taille mondiale dans le province nord, gérée par les indépendantistes, un discours axé sur le climat devant les leaders des îles du Pacifique à et une allocution face aux élus locaux au Centre culturel Tjibaou, dernier des grands ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le dimanche 16 nov 2014 à 17:36

    Il ment. Il se moque des français, comment voulez vous qu'il ait quelque chose a faire des calédoniens ?