Hollande : le péché originel des hausses massives d'impôts

le , mis à jour le
22
François Hollande paie ses deux premières années de quinquennat.
François Hollande paie ses deux premières années de quinquennat.

Décidément, la fiscalité restera comme le sparadrap du capitaine Haddock pour François Hollande. Depuis son arrivée à l'Élysée, celui qu'on surnomme le « chef de bureau fiscal » traîne ce sujet comme un boulet.

Alors que le gouvernement communique sur les baisses d'impôts à destination des ménages modestes depuis la mi-2014, voilà qu'une hausse décidée sous Nicolas Sarkozy - la suppression de la demi-part fiscale des veuves - lui revient comme un élastique à la figure, via ses effets sur la fiscalité locale pour les retraités modestes. À près d'un mois des élections régionales, l'affaire est d'autant plus désastreuse pour la majorité de gauche que c'est sa clientèle électorale qui est touchée.

Des rétropédalages réguliers

Bercy a beau ne pas ménager ses efforts pour rectifier le tir en un temps record, la critique de l'amateurisme de l'exécutif fleurit partout dans la presse. La hausse soudaine de la fiscalité locale pour 250 000 personnes a éclipsé la baisse d'impôt sur le revenu effective pour 9 millions de foyers fiscaux, entre 2014 et 2015, tout comme le nouveau geste pour 2016, censé profiter à 8 millions de foyers fiscaux pour 2,1 milliards d'euros.

François Hollande paie la complexité du système fiscal français, fait de multiples seuils et exonérations, mais aussi son refus de le réformer en profondeur. En 2013, c'était sur la taxation des plans épargne logement (PEL),...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1765517 le vendredi 6 nov 2015 à 10:34

    en coulisse, des penseurs cogitent sur une "taxe sur les loyer fictifs" !

  • M7403983 le jeudi 5 nov 2015 à 12:22

    Hollande n'aime pas les riches ... il ne doit alors pas s'aimer avec sa petite entreprise fort florissante (y compris SCPI) .... la fiscalité, c'est son domaine !!!

  • janaliz le jeudi 5 nov 2015 à 11:33

    Un pitre ! un point c'est tout !

  • glaty le jeudi 5 nov 2015 à 11:29

    Comment voulez vous que les étrangers investissent en France lorsqu'ils constatent qu'ils vont se faire plumer en étant obliger de payer des impôts et taxes surtaxes tout azimut,! ..Ce gouvernement fait la risée à l'étranger qui se moquent de ce gouvernement d'amateurs..et qui voient la France comme un pays ou les habitants sont submergés d'impôts ,!!.Et PLUS de 8 MILLIONS DE GENS AU CHOMAGE AUSSSI..

  • garde33 le jeudi 5 nov 2015 à 11:22

    La France , les français c'est pas sa tasse de thé! Ce qui lui importe c'est les élections afin de garder ses privilèges ainsi que ceux de sa clique ! Un geste fiscal effectué pour 8 millions de foyers fiscaux ( sans que ça lui coute 1 centime a lui ! bien-entendu ! et voila un gain de plusieurs millions de voix pour les élections! , on paye les électeurs sans se soucier de l’intérêt de la France.

  • SuRaCtA le jeudi 5 nov 2015 à 11:12

    On voit ou cela nous mene...

  • SuRaCtA le jeudi 5 nov 2015 à 11:11

    Les valeurs du socialisme ont vécus : Angélisme, Fiscalisme, Laxisme....

  • bearnhar le jeudi 5 nov 2015 à 11:11

    La péché originel est aussi d'etre passé au Socialisme en 1981, mais cela on n'a pas fini d'en reparler...

  • frk987 le jeudi 5 nov 2015 à 11:11

    Ben voui 28351485 , que peut-on faire avec des électeurs immatures qui votent pour les propositions les plus démagogiques qui soient. Vous imaginez un candidat dire : la dette est intenable, je vous promet l'enfer fiscal, je vous promet de vous faire bosser 45h payées 35......C'est ça la démocratie qui vire inéluctablement à la démagogie.

  • frk987 le jeudi 5 nov 2015 à 10:54

    Si les hausses d'impôts étaient "productives" en réduisant la dette ou bien en créant de VRAIS emplois, je n'y serais pas opposé. mais ces hausses ne servent qu'à créer des emplois aidés et inutiles et de plus la dette augmente. N'importe quel PDG serait viré séance tenante avec cette politique ubuesque.