Hollande : la rentrée de tous les dangers

le
3
La rentrée du président s'annonce chargée (photo d'illustration).
La rentrée du président s'annonce chargée (photo d'illustration).

Jacques Chirac le disait à sa façon : "Les merdes volent en escadrille." François Hollande garde pour lui les expressions fleuries, mais il pourrait pourtant adopter l'adage de son prédécesseur. "On n'a pas eu de chance", préfère édulcorer le ministre des Finances Michel Sapin pour résumer la pensée de son grand ami. Souvenez-vous : François Hollande devait être élu président de la République pour "redresser" le pays avant de "redistribuer" les richesses. Deux ans et demi plus tard, les ministres les plus indulgents soufflent ou lèvent les yeux au ciel. Quand les résultats de leur politique se feront-ils sentir ? "Nous ne savons pas", disent-ils. Même le fidèle Stéphane Le Foll ne trouve pas les mots. Preuve de son désarroi, en petit comité, il dit : "Si des législatives étaient organisées demain dans ma circonscription que j'ai emportée avec 60 % en 2012, je suis sûr de la difficulté que j'aurais à me faire réélire. Ce n'est pas un hasard si les défaites électorales des élus socialistes s'enchaînent comme les buts de la Mannschaft face au Brésil depuis que François Hollande est président." Et l'été censé offrir un peu de répit à un président devenu allergique aux vacances depuis l'épisode de la plage de Brégançon, point de départ de son interminable chute dans l'opinion, ne l'a pas épargné : les allègements des cotisations salariales, volet social d'un pacte de responsabilité qui constitue la colonne vertébrale du...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le mercredi 13 aout 2014 à 09:38

    Le Foll est tordant "...de la difficulté que j'aurais à me faire réélire..." Comprendre "viré comme un malpropre"

  • M8252219 le mercredi 13 aout 2014 à 09:25

    Il faut réduire de moitié le nombre des députés, limiter tous leurs émoluments, avantages et indemnités à 5 fois le SMIG.Il faut supprimer le sénat.Réduire de moitié le nombre d'élus dans les nouvelles régions.Supprimer tous les régimes et statuts spéciaux.RETOUR AUX 40 H HEBDOMADAIRES POUR TOUS ,À TROIS JOURS DE DÉLAIS DE CARENCE EN ARRÊT MALADIE POUR TOUS ET LA RETRAITE À 65 ANS POUR TOUS

  • M8252219 le mercredi 13 aout 2014 à 09:20

    le système (social)! à la française est mort il faut choisir entre ceux qui produisent des richesses et qui animent et élèvent la société et ceux qui attendent tranquillement la retraite avec promotion à l'ancienneté.NOUS NE POUVONS FAIRE DU SOCIAL QU'AVEC DES EXCÉDENTS DE RICHESSE PAS AVEC UN APPAUVRISSEMENT GÉNÉRALISÉ