Hollande la joue comme Chirac

le
0
Hollande la joue comme Chirac
Hollande la joue comme Chirac

Bonjour veaux, vaches, coopérateurs de lait, physiciens nucléaires, historiens, élus, chercheurs... Et adieu les déplacements monothématiques comme à Florange sur la sidérurgie le mois dernier : François Hollande a inauguré hier en Normandie un nouveau type de visite touchant à tous les secteurs... et à tout le monde. Julien Dray, le vieux complice du chef de l'Etat, a inventé pour l'occasion une jolie image : « Le papillon est sorti de sa chrysalide. » Désormais, donc, le président papillonne.

 

Largué dans les sondages, malmené dans les médias et critiqué dans sa propre majorité, jusqu'à son Premier ministre, pour ses confidences de librairie, François Hollande a décidé de faire comme si cela n'existait pas. S'inspirant d'un autre Corrézien, Jacques Chirac, donné lui aussi pour mort en politique en 1994 face à son rival Edouard Balladur, voilà Hollande qui bat la campagne. Tranquillement. Sans se poser apparemment trop de questions existentielles. « Je ne l'ai pas trouvé changé, observe Stéphane Travert, député PS de la Manche et soutien d'Emmanuel Macron. Je crois qu'il va se représenter parce qu'il en a envie et qu'il veut défendre son bilan. »

 

En visitant hier une usine de transformation du lait à peine sortie de terre, le président égrène des propos que l'on peut transposer sans peine dans le champ politique. Au sujet des investissements engagés par la coopérative des Maîtres laitiers du Cotentin et ses 1 260 sociétaires, Hollande en profite pour souligner : « Nous devons nous inscrire dans le temps long. » En bon social-démocrate, il célèbre la « juste répartition » opérée par le système coopératif : « S'il n'y a pas de justice, il ne peut pas y avoir de pays solidaire. » Et en bon chiraquien (de cœur), il n'oublie pas enfin de glisser que ce déplacement est aussi « fondé sur l'amitié ».

 

Après le discours, les agapes, autre tradition chiraquienne. Hollande goûte un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant