Hollande : la France "n'a rien à craindre" de la crise grecque

le
21
« Aujourd'hui, l'économie française est robuste, bien plus robuste qu'il y a quatre ans et elle n'a rien à craindre de ce qui pourrait se produire », a déclaré François Hollande.
« Aujourd'hui, l'économie française est robuste, bien plus robuste qu'il y a quatre ans et elle n'a rien à craindre de ce qui pourrait se produire », a déclaré François Hollande.

 

 

François Hollande s'est voulu rassurant lundi sur l'impact de la crise grecque sur l'économie française et la zone euro, face aux craintes d'une sortie de la Grèce de la monnaie unique. Le président a par ailleurs indiqué que la France était "toujours disponible" pour que le dialogue reprenne "aujourd'hui" ou "demain" entre Athènes et ses créanciers. "Aujourd'hui, l'économie française est robuste, bien plus robuste qu'il y a quatre ans (au plus fort de la crise des dettes souveraines) et elle n'a rien à craindre de ce qui pourrait se produire", a déclaré le chef de l'État dans la cour de l'Élysée, à la sortie d'un conseil restreint consacré à cette crise. La conjoncture s'est notamment nettement améliorée en début d'année en France, qui a affiché une solide croissance au premier trimestre (+ 0,6 %). Selon l'Insee et de nombreux économistes, Paris, qui a engagé plusieurs réformes, devrait enregistrer une croissance de 1,2 % en 2015, bien supérieure à celle de 2014 (+ 0,2 %).

"Il y a des inquiétudes qui peuvent exister sur les marchés", pour la plupart en baisse prononcée depuis l'ouverture, a reconnu François Hollande. "Des mesures très importantes ont été prises depuis plusieurs mois pour consolider la zone euro", a toutefois assuré le chef de l'État. "L'union bancaire en a été le résultat, pour faire en sorte qu'il y ait plus de cohésion dans la zone euro et plus de moyens de faire face à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le lundi 29 juin 2015 à 23:07

    C'est curieux, j'aurais tendance, eut égard à ses récentes performances, à ne pas lui faire confiance.

  • bignou56 le lundi 29 juin 2015 à 22:56

    les banques ne peuvent même pas garantir 10 000 euros par client.Je m'explique,il existe 164 millions de client dans les banques française (particuliers,étrangers et professionnels)faite le calcul pour le total à garantir.Impossible.

  • soulamer le lundi 29 juin 2015 à 22:21

    il flippe tellement pour son po int de croissance et sa reelection quelle sous me...de ce gars la!! et il cajole les ennemis de la republique dans le seul but d'a voir leurs voies dehors au plus vite

  • M1342370 le lundi 29 juin 2015 à 22:13

    La France dont le dernier équilibre budgétaire remonte à 1974 (!!!!) sera toujours disponible pour leur expliquer comment ils doivent gérer.

  • ceriz le lundi 29 juin 2015 à 22:01

    ses paroles : c du vent et du mensonge........

  • ceriz le lundi 29 juin 2015 à 21:56

    par contre : on sent bien la peur ! de tous ces dirigeants de pacotille....... qui ont peur pour leurs privilèges .

  • ceriz le lundi 29 juin 2015 à 21:53

    il n'a pas été adoubé : juste élu pour virer sarko ! tu parles d'une légitimité ..........

  • ceriz le lundi 29 juin 2015 à 21:50

    un président par défaut n'a aucune! crédibilité

  • taz40 le lundi 29 juin 2015 à 21:43

    Y en a ils naissent le Q bordé de nouilles, comment il a pu en arriver Président. bon d'accord a part augmenter les impôts ça tout les administrés savent faire mais pourquoi lui.

  • taz40 le lundi 29 juin 2015 à 21:39

    exact Zvr, il vaut mieux ne pas faire parti des derniers, 2017....