Hollande jugé pédagogue et offensif, sans changement sur le fond

le
2
LA PRESSE A JUGÉ FRANÇOIS HOLLANDE PLUS PÉDAGOGUE ET OFFENSIF, SANS CHANGEMENT SUR LE FOND
LA PRESSE A JUGÉ FRANÇOIS HOLLANDE PLUS PÉDAGOGUE ET OFFENSIF, SANS CHANGEMENT SUR LE FOND

PARIS (Reuters) - Les journaux français ont vu un François Hollande plus offensif et pédagogue à l'occasion de la deuxième grande conférence de presse du président de la République, tout en notant peu de changement sur le fond.

"Loin de l'intervention sans saveur commise il y a moins de deux mois à la télévision, le chef de l'Etat a corrigé son image écornée", juge l'éditorialiste de Libération Eric Decouty, par sa "capacité à trancher", son "volontarisme" et "en traçant les grandes lignes de sa méthode".

"Mais il n'est pas certain que la correction de son image suffise à retrouver un peu de confiance. Car, sur le fond, le chef de l'Etat a pour l'essentiel réaffirmé les grandes lignes de sa politique, continuant d'afficher une foi intacte en une inversion de la courbe du chômage et un retour prochain de la croissance", poursuit le journaliste.

Pour le Parisien, le chef de l'Etat "s'est posé en chef", le Midi Libre a vu un François Hollande "pédagogue" et Le Figaro écrit lui-même que le président, "non sans talent mais avec quelques longueurs, se pose en force qui va".

Mais sous le titre "Immobile à grands pas", le quotidien conservateur dénonce l'autosatisfaction du chef de l'Etat.

"Il est surtout fort satisfait de sa politique, qui, avec de la chance et pour peu que les Français fassent preuve d'un minimum de patience, finira par produire des résultats. Il y a dans ce contraste entre une réalité dont chacun reconnaît qu'elle est désastreuse et l'optimisme de commande du chef de l'État quelque chose de proprement stupéfiant."

"LE LIÈVRE BOUSCULAIT LA TORTUE"

A gauche, le ton est aussi virulent pour dénoncer l'immobilisme du président, mais dans la rigueur. "Austérité an II", titre L'Humanité, pour qui "le sentiment amer d'avoir été trompés n'a malheureusement pas été dissipé par les réponses du chef de l'État".

François Hollande, écrit le quotidien communiste, "n'a pas eu de mots assez forts pour peindre en rose une politique de renoncement qui, mutatis mutandis, s'inscrit dans une certaine continuité avec la précédente".

Les Echos notent que, "en écho aux propositions de l'Allemagne, le chef de l'Etat se dit prêt à progresser vers une union politique". "Mais à ce stade, il n'a mis sur la table aucune idée vraiment nouvelle", regrette le quotidien financier.

Ce que La Provence traduit par: "Le président de la République a cherché de l'air au dehors."

Sur son blog, la journaliste politique du Monde Françoise Fressoz dit avoir vu un président comme "dédoublé". "Le lièvre bousculait la tortue: fini de traîner, mobilisation générale!"

Mais sur le fond, estime-t-elle, "le président n'a pas changé. Il reste fidèle à sa ligne. Il veut bien réduire les déficits et doper la compétitivité au nom de l'idée de grandeur qu'il se fait du pays. En revanche il ne sera pas le président qui aura fait passer le modèle français par-dessus bord. Il n'est pas là pour mener une expédition punitive qui plomberait définitivement le moral des troupes. Au contraire."

"La petite musique du début du quinquennat est donc toujours là: pas d'effort sans réconfort, pas de réformes sans croissance. Mais pas de croissance sans un compromis avec l'Allemagne. Angela Merkel reste la clé du quinquennat Hollande."

Jean-Stéphane Brosse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Breizhll le vendredi 17 mai 2013 à 10:10

    Moi, je dirais qu'il reste dans sa fumisterie habituelle, il n'écoute que lui, quand on l'écoute avec l'élocution et avec ses blancs qui sont énervants, qu'il avait là, soit il gagnait du temps, soit il pense avoir que des débiles en face de lui ou soit il a du mal à trouver ses mots...... bref c'est toujours pareil...

  • M5859377 le vendredi 17 mai 2013 à 08:59

    notre président est clairement au dessus du lot: sa prestation a été remarquable: un homme posé clair,déterminé qui fait des réformes en douceur sans brusquer et qui explique ce qu'il fait avec bcp de pédagogie: merci encore aux français d'avoir fait ce choix judicieux le mai!