Hollande intensifie les contacts avant un automne déterminant

le
3
FRANÇOIS HOLLANDE POURSUIT À MADRID SA TOURNÉE EUROPÉENNE
FRANÇOIS HOLLANDE POURSUIT À MADRID SA TOURNÉE EUROPÉENNE

PARIS (Reuters) - François Hollande se rend jeudi à Madrid, nouvelle étape d'une tournée européenne destinée à esquisser une sortie de crise de la zone euro fragilisée par la crise en Espagne, qui pourrait être contrainte de recourir aux mécanismes d'aide européens.

C'est la première fois depuis son élection que le président français se rend à Madrid pour s'entretenir avec le président du gouvernement espagnol, le conservateur Mariano Rajoy.

François Hollande, qui a rencontré Angela Merkel et le Grec Antonis Samaras la semaine dernière, s'entretiendra mardi à Rome avec l'Italien Mario Monti. Une rencontre avec le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, est aussi prévue.

Paris tente de préserver sa relation "fondamentale" mais "pas exclusive" avec Berlin, indispensable à tout accord avec une Allemagne rendue plus intransigeante par la proximité des élections législatives de 2013, tout en prêtant une oreille attentive à ses voisins du Sud.

Un sommet franco-espagnol et un autre entre la France et l'Italie devraient être organisés d'ici à la fin de l'année.

"Le président poursuit son action pour trouver des solutions aux difficultés de la zone euro", souligne une source diplomatique française. "Cela s'inscrit dans cette action qui consiste à préparer les décisions très importantes des mois de septembre et octobre et qui doivent être décisives pour régler les difficultés principales."

La Banque centrale européenne (BCE) pourrait dévoiler le 6 septembre les modalités de son projet pour faire face à la crise de la dette.

La chancelière Angela Merkel sera ce même jour en Espagne pour voir Mariano Rajoy, qui a fait un premier pas vers l'hypothèse d'un plan de soutien à son pays mais a dit d'abord vouloir en savoir plus sur les conditions exigées en retour.

Madrid aura-t-il recours à la BCE ? "C'est à l'Espagne de dire si elle en a besoin", dit une source française.

CALENDRIER

Autre échéance majeure : l'avis de la Cour constitutionnelle allemande le 12 septembre sur la légalité du futur Mécanisme européen de solidarité (MES), appelé à prendre le relais du Fonds européen de stabilité financière pour aider les pays en crise de la zone euro, et sur le pacte de discipline budgétaire.

Les problèmes du secteur bancaire espagnol, pour lequel l'UE peut intervenir à hauteur de 100 milliards d'euros, seront au menu du déjeuner entre François Hollande et Mariano Rajoy.

"Il revient aux Espagnols de déterminer les montants nécessaires mais l'intérêt de l'Espagne, comme de la zone euro, c'est que la situation soit stabilisée le plus rapidement possible, c'est-à-dire que la recapitalisation ait lieu", souligne une source diplomatique française.

"Ce qui est important dans la discussion c'est que tout le monde soit bien au clair sur le calendrier".

Dans son discours lundi devant les ambassadeurs, François Hollande a plaidé pour une mise en place rapide du MES, tel que décidé lors du Conseil européen de fin juin dernier.

"A la fin du mois de septembre, tout doit être en place. Je souhaite que le Conseil européen du 18 octobre entérine ces décisions et qu'avant la fin de l'année, un compromis soit trouvé sur un cadre bancaire intégré et une supervision au niveau européen par la Banque centrale européenne", a dit le président de la République.

François Hollande avait aussi fait montre d'impatience samedi, après sa rencontre avec Antonis Samaras, pour que l'Europe ne perdre pas une minute dans le règlement de la crise grecque, une fois étudié le rapport des créanciers que la troïka des bailleurs de fonds doit rendre d'ici début octobre.

La situation de la Grèce ne saurait pour autant être comparée à celle de l'Espagne ou de l'Italie, souligne-t-on à Paris.

"L'Espagne n'a pas le même problème de crédibilité que la Grèce. Les Espagnols ont pris énormément de mesures donc ça ne se présente pas de la même manière", dit un diplomate français.

Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dhote le jeudi 30 aout 2012 à 10:37

    Monsieur Moi président ne fait pas le poids ni au niveau international, européen, et national.Il s'agite, mais ne décide rien, il n'est même pas capable de faire respecter et appliquer ses propres décisions; carburants, livret A,cumul des mandats....D'apres la une du monde l'europe c'est Merkel, Hollande n'est même pas suppléant.

  • abalest1 le jeudi 30 aout 2012 à 10:25

    Holaglande à été trop fatigué par son élection. Laissons lui 3 ou 4 ans pour s'en remettre. Merci pour lui. Merci a vous.

  • janaliz le jeudi 30 aout 2012 à 08:35

    Il va bientôt avoir besoin de vacances, avec tout ce travail !

Partenaires Taux