Hollande : il n'y a «pas de plan d'économie qui soit indolore»

le
32
Hollande : il n'y a «pas de plan d'économie qui soit indolore»
Hollande : il n'y a «pas de plan d'économie qui soit indolore»

Face à la contestation de la réforme des professions réglementées et à la grogne montante provoquée par le coup de rabot annoncé par le gouvernement sur les prestations familiales, le chef de l'Etat se montre inflexible. Il n'y a «pas de plan d'économie qui soit indolore» a rétorqué François Hollande qui remettait ce mardi à l'Elysée le prix de l'audace créatrice devant un parterre de patrons. 

Pour maîtriser les déficits et l'endettement de la France, «il faut faire des économies. C'est ce que nous allons faire en 2015 et cela a forcément des conséquences», a affirmé le président de la République alors que le budget 2015 prévoit un plan de 21 milliards d'euros d'économies sur l'Etat, la Sécurité sociale et les collectivités locales.

«Si vous n'entendez pas crier, c'est que nous ne faisons pas d'économie»

«Si vous n'entendez pas crier, c'est que nous ne faisons pas d'économie. Donc vous voyez, vous entendez», a-t-il reconnu alors que les professionnels libéraux (pharmaciens, huissiers, notaires, médecins...) se sont mis en grève mardi pour protester contre la réforme touchant leurs professions.

«Il n'y a pas de plan d'économie qui soit indolore. Sinon ça aurait déjà été fait. Les économies forcément sont douloureuses, il n'y a aucun secteur qui peut accepter de voir un certain nombre de ses habitudes, parfois de ses financements être remis en cause», a ajouté le chef de l'Etat, tout en insistant sur la nécessité de faire ces économies «de manière juste, de manière efficace, de manière innovante».

Et de renvoyer au bilan de son prédécesseur. «Pendant les cinq années qui ont précédé mon entrée en responsabilité, la dette publique a augmenté de 600 milliards, nous sommes à 2000 milliards. Donc notre rôle ça doit être de maîtriser les déficits pour éviter que nous puissions encore augmenter le niveau absolu de la dette même si elle se finance à des taux d'intérêts ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3435004 le mercredi 1 oct 2014 à 10:29

    Le ph0utage de g.ueule continue de plus belle. Et la STASI tourne à plein régime. ça ne peut plus durer. C'est insupportable.

  • janaliz le mercredi 1 oct 2014 à 01:03

    Quand on se souvient comme il a pu brailler pendant les 5 ans de NS, on se rend compte qu'il lui rend un vibrant hommage à postériori !

  • mlaure13 le mardi 30 sept 2014 à 23:45

    .../...Qu'il commence par dégraisser le mammouth de la fonction publique et des scandaleux salaires et annexes, de toute la clique des Rentiers/ Politicards/ Mafieux/ Sénat/ Syndicats et cohortes de morbacs qui sucent le sang de la Nation jusqu'à ce que mort s'ensuive !...Quel faux k-ul et faux frêre ce président par défaut !!!...

  • jfvl le mardi 30 sept 2014 à 17:16

    Pour faire des économies il y a consensus mais c'est sur le choix des postes que sa coince ! Personne ne l'oblige à sabrer dans le social en priorité alors qu'il y a tant à faire sur les dépenses de fonctionnement !

  • M7097610 le mardi 30 sept 2014 à 17:10

    il supprime aussi le supplément familial de traitement des fonctionnaires...non ?

  • M7097610 le mardi 30 sept 2014 à 17:09

    fonctionnaires, sncf, edf, sénateurs et députés au régime général de la retraite...et on discutera du reste.

  • KAFKA016 le mardi 30 sept 2014 à 17:08

    C O N D E S SANS DENT

  • rodde12 le mardi 30 sept 2014 à 17:06

    J'attends un candidat qui propose de supprimer le financement des partis politiques par l'impôt. Seulement et exclusivement des cotisations personnelles non déductibles fiscalement. Contrôle des recettes et dépenses des partis par un commissaire aux comptes et transparence des financements. Je ne veux plus de ces groupes mafieux qui monopolisent la présentation des candidatures comme le font les mollahs en Iran et les partis en France.

  • M8252219 le mardi 30 sept 2014 à 17:00

    SI L'EXEMPLE VENAIT D'EN HAUT IL SERAIT ENCORE PLUS CRÉDIBLE alors seulement cela s'appellerait la rigueur.Mais la haute fonction publique, les parlementaires, les sénateurs, les acquis sociaux des statuts spéciaux.Tous ceux qui par clientélisme ou copinages sont à l'abri de la rigueur et donc ne sentent pas qu'il va y avoir de la rigueur

  • M5441845 le mardi 30 sept 2014 à 16:37

    Pour une fois je suis tout a fait d'accord avec notre président. Il serait encore plus crédible s'il n'avait pas ramené certaine retraites a 60 ans, généralisé le tiers payant, majoré l'allocation de rentrée scolaire, rendu la CMU complètement gratuite, embauché qq fonctionnaires (60 000 ? on sait pas trop), supprimé le jour de carence en cas d’arrêt maladie et supprimé la fusion des conseillers territoriaux.. J'en oubli surement