Hollande gratifié d'un titre d'«homme d'État de l'année» à New York

le
0
Hollande gratifié d'un titre d'«homme d'État de l'année» à New York
Hollande gratifié d'un titre d'«homme d'État de l'année» à New York

Un globe juché sur un large pied doré : c'est la distinction – tape à l’œil et certainement très lourde – que François Hollande a reçue lundi à New York, en même temps que le titre « d'homme d’État de l'année ». Avant, ce mardi, de lancer un nouvel appel à la trêve en Syrie devant l'assemblée générale des Nations Unies, le président de la République était récompensé par la fondation Appeal of conscience. Cette association multiconfessionnelle, fondée en 1965 par le rabbin Arthur Schneier, s'engage pour la liberté religieuse et les droits de l'homme.

 

Depuis dix ans, Appeal of conscience attribue chaque année à un responsable politique ce titre pompeux. François Hollande a été choisi pour « son leadership dans la sauvegarde de la démocratie et de la liberté dans un contexte d'attaque terroriste » après les attentats djihadistes qui ont ensanglanté la France en janvier et novembre 2015 et pour saluer « sa contribution à la stabilité et à la sécurité du monde ».

 

« Avec ce prix, vous rendez hommage à la France », a d'abord remercié le président devant plusieurs centaines de convives réunis pour un dîner de gala au très chic hôtel Waldorf Astoria. François Hollande s'est dit fier d'« un pays capable, au lendemain de l'assassinat effroyable d'un prêtre (Ndlr : à Saint-Etienne du Rouvray, le 26 juillet dernier) de rassembler catholiques, musulmans et juifs dans une église ». Le chef de l’État a redit sa détermination à « combattre l'antisémitisme ainsi que toutes les autres haines envers les religions », mais aussi le terrorisme « qui cherche à imposer la division ». François Hollande a également profité de cette tribune pour évoquer la Syrie, dont il parlera ce mardi à l'ONU. « Un jour, il nous sera sûrement reproché de ne pas avoir davantage agi en Syrie. (…) Rien n'est inaccessible à la communauté internationale lorsqu'elle prend ses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant