Hollande gère le faux plat de sa campagne

le
2
Le candidat socialiste était jeudi au congrès de la FNSEA à Montpellier, puis en meeting à Mont-de-Marsan. (Avec une vidéo BFMTV)

Cela ressemble à un faux plat, voire pire, à un trou d'air. Depuis les drames de Toulouse et de Montauban, la campagne de François Hollande est comme engluée dans une «molle», cette zone sans vent que redoutent les navigateurs. Épisode sécuritaire, poussée de Jean-Luc Mélenchon, baisse de forme sondagière... les difficultés s'accumulent pour le candidat socialiste. Qui affiche sa plus grande indifférence. Lui poursuit sa campagne comme si de rien n'était.

Jeudi à Montpellier, une délégation de pêcheurs de Sète a pu lui exposer longuement les difficultés de la profession, du prix trop élevé du gazole aux problèmes de croissance des sardines. Devant les représentants de la FNSEA, il a ensuite délivré un discours d'altitude, sans obtenir d'applaudissements nourris mais en évitant les huées de ce public non acquis. Puis il s'est adressé à une foule nettement plus militante, rassemblée en plein air sur l'esplanade Charles-de-Gaulle, pour la nourrir d'antisa

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le vendredi 30 mar 2012 à 11:03

    JPi - Entre 2007 et 2011, la dette augmente de 40%. Pas de solution proposée par Sarkollande pour réduire les dépenses de l’état, rien qu’augmenter les impôts. Propositions : 1-Fin des guerres 2-Fin des 35 h , 3 -Plafonnement des retraites , 4-Réduction (-20%) des salaires et retraites de la fonction publique européenne , 5-Fin des niches fiscales. 6 -Taxation à 75% des bonus, parachutes dorés, primes, salaires mirobolants et aussi des sociétés qui permettent ces détournements d’argent.

  • M4189758 le vendredi 30 mar 2012 à 09:21

    JPi - Quand on parle de 'la croissance des sardines' on sait de quoi on parle. Gauche ou droite, c'est le même: la dette augmente et les déficits se creusent. On en arrive à demander la laicité en matière d'économie, tant les politiques sont incapables de la gérée.