Hollande fragilisé avant le coup de semonce

le
0
DÉCRYPTAGE - La décision des Communes d'exclure la Grande-Bretagne de la coalition contre la Syrie laisse le président français à découvert. Les Américains sont bien décidés a frapper le régime de Bachar el-Assad qui poursuit les raids contre sa population.

François Hollande a réaffirmé sa volonté d'intervenir en Syrie, vendredi dans les colonnes du Monde. «Il y a des inconvénients à agir mais le risque de l'inaction est encore plus grand», dit-on à l'Élysée, pour résumer les propos présidentiels. Autant dire que l'action de force en préparation ressemble à un pari qui pourrait se révéler dangereux. Elle place en tout cas François Hollande en position délicate. Le voici propulsé en première ligne, en tandem derrière Barack Obama, qui, sans enthousiasme, s'apprête à monter au front syrien. Sarkozy en aurait sans doute rêvé ; Hollande l'a fait. Un duo offensif franco-américain, sans la Grande-Bretagne, c'est presque du jamais-vu!

Le no bri...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant