Hollande feint d'ignorer la poussée de Mélenchon

le
0
Le candidat socialiste multiplie les appels au «vote efficace».

Chacun son épouvantail. François Mitterrand avait les chars de l'Armée rouge, François Hollande a Jean-Luc Mélenchon. Mais alors qu'en 1981 la crainte de voir débarquer les Russes sur les Champs-Élysées avait vite été apaisée après la victoire du PS, celle de voir le leader du Front de gauche imposer ses conditions à François Hollande commence à prendre corps. À droite, on joue sur la peur. «M. Mélenchon est celui qui écrira le programme de Hollande entre les deux tours. Parce que la force qu'il représente est une force qui va compter, peser», s'est ému mercredi le ministre du Travail, Xavier Bertrand.

Pour l'heure, Hollande feint de ne pas se préoccuper de son rival de gauche. Après tout, le score promis à Mélenchon par les sondages se situe dans le haut de la fourchette des scores cumulés de l'extrême gauche lors des élections présidentielles: 11,3 % en 1988, 14,1 % en 1995, 13,8 % en 2002. Il n'y a qu'en 2007 que le score était tombé sous les 10 %

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant