Hollande face à la colère des juges

le , mis à jour à 20:59
11
Hollande face à la colère des juges
Hollande face à la colère des juges

Jusque-là, il avait commis un sans-faute. La semaine dernière, il s'était même fait applaudir au congrès de l'Union syndicale des magistrats (USM), majoritaire dans la profession. Sa présidente, Virginie Duval, avait fait part du « soulagement » des magistrats qui, depuis 2012, n'étaient plus la cible d'« attaques après chaque fait divers » ou de « mises en cause inconsidérées » : une référence très claire aux années Sarkozy. Patatras. En évoquant auprès des auteurs du livre « Un président ne devrait pas dire ça... » (Stock) une « institution de lâcheté » où l'on « se planque », François Hollande a perdu tout le crédit accumulé auprès des juges.

 

La réaction la plus vive est venue de l'univers pourtant ouaté de la Cour de cassation. Dès mercredi soir, le premier président de la Cour, Bertrand Louvel, et le procureur général, Jean-Claude Marin, les deux plus hauts magistrats du pays, se sont invités à l'Elysée pour s'émouvoir de ces propos.

 

Hier matin, dans le décor solennel et majestueux de la Cour, ils en ont publiquement remis une couche. « Une humiliation », n'a pas hésité à lancer Jean-Claude Marin drapé dans sa robe d'hermine, évoquant une atteinte « injuste » à l'institution judiciaire. Quant à Bertrand Louvel, il n'a pas oublié que Nicolas Sarkozy avait comparé les magistrats à des « petits pois sans saveur ».

 

Des « outrances renouvelées », cingle-t-il. Les deux hommes en ont profité pour réclamer une réforme qui consacre enfin l'indépendance de la justice. Lorsqu'il était candidat, François Hollande avait promis de modifier le statut du parquet pour mettre fin à la tutelle de l'exécutif sur les procureurs. Un projet qui a notamment échoué à la suite de la volte-face de la droite.

 

Depuis la publication des confidences du président de la République, les communiqués outrés pleuvent. Le Conseil supérieur de la magistrature ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • indyta il y a un mois

    ah ben pourtant, ce ne sont que des sauvageons,auquels la Justice n a ,apparemment rien a lui reproché de si graves..?

  • indyta il y a un mois

    encore:Un couple de policiers confronté au quotidien à la violence estime que le rapport police-délinquants n'est pas en faveur des forces de l'ordre. Il aimerait bien que "la fin de la récréation" soit sifflée... Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve parle de "l'exaspération de voir une société incapable de juguler des formes de violences qui prennent des proportions inacceptables

  • indyta il y a un mois

    C'est le flyc qui se cache, ce n'est pas le délinquant. dixit un fonctionnaire de police

  • indyta il y a un mois

    allez qu ils nous nexpliquent"13h15". Police : quand les forces de l'ordre sont prises pour cible avec une violence jamais atteinte en France

  • dhote il y a un mois

    L'orgueilleux doit mettre un genou à terre.

  • SuRaCtA il y a un mois

    Voila bien la preuve que pour une fois qu'une vérité est dites...

  • rodde12 il y a un mois

    Pour une fois qu'il dit la vérité.

  • frk987 il y a un mois

    Il a du rater le cours de l'ENA sur l'obligation de réserve d'un haut fonctionnaire en poste. Il va le payer très cher en 2018 car les juges ne lui feront aucun cadeau.

  • M7361806 il y a un mois

    On se croirait à carnaval !!!

  • 300CH il y a un mois

    ba!! quand il sortira des grilles de l’Élysée en 2017, "lui il va avoir tout les problèmes du monde sur le dos", se ne sera que JUSTICE