Hollande évoque dans un livre un "problème avec l'islam"

le
1
    PARIS, 12 octobre (Reuters) - François Hollande évoque dans 
un livre "un problème avec l'islam" en France, où le président 
juge qu'"il y a trop d'arrivées" de migrants, des propos 
susceptibles de raviver un débat politique français obnubilé par 
l'immigration.   
    Dans "Un président ne devrait pas dire ça...", écrit par 
deux journalistes, le président parle aussi des femmes 
musulmanes voilées, appelées à devenir selon lui "les Marianne 
de demain".  
    A la question de savoir s'il y a "trop d'immigration" en 
France, posée par les auteurs le 23 juillet 2014, le président 
aurait répondu : "Je pense qu'il y a trop d'arrivées, 
d'immigration qui ne devrait pas être là." 
    "Qu'il y ait un problème avec l'islam, c'est vrai. Nul n'en 
doute", aurait aussi déclaré François Hollande.   
    "Il y a un problème avec l'islam, parce que l'islam demande 
des lieux, des reconnaissances", aurait-il ajouté.  
    "Ce n'est pas l'islam qui pose un problème dans le sens où 
ce serait une religion qui serait dangereuse en elle-même, mais 
parce qu'elle veut s'affirmer comme une religion dans la 
République. Après, ce qui peut poser un problème, c'est si les 
musulmans ne dénoncent pas les actes de radicalisation, si les 
imams se comportent de manière antirépublicaine..."  
    Interrogé à ce sujet lors du compte rendu du conseil des 
ministres mercredi, le porte-parole du gouvernement a expliqué 
que la politique française en matière d'immigration était dictée 
par la "fermeté".  
    "La France, et les gouvernements de gauche, depuis 30 ans, 
sont extrêmement vigilants et à respecter le droit d'asile - 
dans un contexte extrêmement difficile - et en même temps à 
considérer qu'il faut maîtriser l'immigration", a dit Stéphane 
Le Foll.  
    Au printemps 2015, les auteurs disent avoir évoqué avec 
François Hollande la question du voile des musulmanes.   
    "On n'a jamais interdit aux prêtres catholiques de porter 
une soutane dans la rue, pourquoi interdire à une femme d'être 
voilée ?", aurait répondu François Hollande.  
    A un autre moment, le chef de l'Etat aurait dit espérer que 
la République aiderait les femmes voilées à préférer "la liberté 
à l'asservissement".      
    "La femme voilée d'aujourd'hui sera la Marianne de demain", 
aurait-il dit.   
    "Parce que d'une certaine façon, si on arrive à lui offrir 
les conditions pour son épanouissement, elle se libérera de son 
voile et deviendra une Française, tout en étant religieuse si 
elle veut l'être, capable de porter un idéal. Finalement, quel 
est le pari que l'on fait ? C'est que cette femme préférera la 
liberté à l'asservissement", aurait-il ajouté. "Que le voile 
peut être pour elle une protection, mais que demain elle n'en 
aura pas besoin pour être rassurée sur sa présence dans la 
société."   
    Interrogé sur le contenu de ce livre de plus de 600 pages, 
qui a selon ses auteurs été écrit après 61 rencontres avec le 
président, l'Elysée a précisé que "bien entendu ces propos sont 
à replacer dans leurs contextes à chaque fois".  
 
 (Elizabeth Pineau et Jean-Baptiste Vey, édité par Yves 
Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • NYORKER il y a un mois

    Ca lui rappelle ses années passées au RPR...