Hollande étrenne son costume de favori

le
0
L'ancien premier secrétaire du PS veut le maintien du processus des primaires.

Ah les sondages ! S'ils n'existaient pas … Dans le train qui l'emmène à Dijon, François Hollande fait mine de ne pas y accorder trop d'importance. En tout cas, beaucoup moins depuis qu'ils le placent en position de favori pour les primaires du PS. «Quand je n'étais pas numéro un, on me disait que je n'avais pas de chance. Voilà que je suis numéro un, et on me dit que je n'ai pas de chance» , plaisante-t-il. Et puis de toute façon, «je ne me suis jamais déterminé par rapport aux sondages. Ceux qui imaginent toujours des scénarios un an à l'avance se sont toujours trompés. Regardez l'histoire depuis vingt-cinq ans.» Peut-être, mais les sondages, les classements et la ligne d'arrivée, François Hollande ne parle en fait que de cela.

Lorsqu'il débarque du train à Dijon, dans la ville de son ami François Rebsamen, et qu'il croise les joueurs de foot de l'équipe de Boulogne venus disputer un match contre Dijon qui va peut-être terminer en tête de la Ligue 2 et m

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant