Hollande et Monti pressent la BCE d'agir sur les dettes

le
0
À Rome, le président français et le chef du gouvernement italien se sont montrés plutôt confiants sur la résolution de la crise.

Ils n'ont pas pu s'en empêcher. Même s'il est de bon ton, en Europe, de ne pas faire pression sur la Banque centrale européenne lorsque la crise mord, François Hollande et Mario Monti, qui se retrouvaient mardi, pour la troisième fois, à Rome n'ont pas résisté à la tentation de faire un petit signe en direction de Francfort, où se tient jeudi la réunion clé du Conseil de gouverneurs de la BCE. Et ce, alors que Moody's menace de dégrader la note AAA de l'Union européenne.

«C'est vrai qu'il y a des taux d'intérêt qui sont trop élevés dans un certain nombre de pays européens sur la dette souveraine, notamment en Italie, a souligné François Hollande, c'est donc le rôle de tous ceux qui ont vocation à intervenir sur la zone euro, et notamment la Banque centrale européenne, d'y contribuer».Le chef de l'État a même ajouté que la zone euro était prête à intervenir avec la BCE sur les marchés par l'intermédiaire du Mécanisme européen de stabilité (MES), qui d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant