Hollande et Merkel veulent accélérer l'Europe numérique

le , mis à jour à 19:28
1
PARIS ET BERLIN MISENT SUR UN MARCHÉ EUROPÉEN DU NUMÉRIQUE
PARIS ET BERLIN MISENT SUR UN MARCHÉ EUROPÉEN DU NUMÉRIQUE

PARIS (Reuters) - Angela Merkel et François Hollande ont présidé mardi à Paris une conférence franco-allemande destinée à encourager la création d'un marché unique européen en matière d'économie numérique.

Organisée en présence des ministres de l'Economie français et allemand et du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, elle a réuni à l'Elysée quelque 325 professionnels du secteur, venus des deux côtés du Rhin.

"L'Europe doit être non seulement partie prenante de cette économie mais aussi en avant-garde", a dit François Hollande dans une déclaration à la fin des travaux.

Angela Merkel s'est félicitée de l'adoption du paquet télécommunications au Parlement européen, qui montre selon elle "qu'on a pris conscience de l'urgence qu'il y a à agir."

Selon la Commission européenne, la création d'un marché unique du numérique pourrait apporter jusqu’à 415 milliards d'euros annuels à l'économie des Vingt-Huit et générer des centaines de milliers d’emplois.

Pour relever le défi face à des géants comme les Etats-Unis, l'Europe, forte de 500 millions d'habitants, doit notamment aider les start-ups de l'internet, harmoniser sa législation et réfléchir au traitement des données.

Paris et Berlin entendent montrer l'exemple en mettant en commun les travaux de la plate-forme "Industrie du futur" lancée en France il y a quelques mois et de son équivalente allemande "Industrie 4.0". Une "académie" franco-allemande du secteur devrait bientôt voir le jour.

LA SYRIE ÉVOQUÉE

Le ministre français de l'Economie, Emmanuel Macron, a dit l'importance de "faire converger l'écosystème franco-allemand", de "développer ensemble des systèmes de levée de fonds" et d'"harmoniser nos droits des faillites ou commerciaux."

Une prochaine conférence de ce type aura lieu en 2016 à Berlin.

Dans une Europe en plein doute, divisée sur des sujets comme celui des migrants, l'objet de la réunion était aussi de démontrer "l'intérêt commun de la France et de l'Allemagne pour des dossiers positifs, concrets et innovants, en dehors des crises", a-t-on souligné dans l'entourage de François Hollande.

Des sujets d'actualité comme la situation des migrants en Europe ont été évoqués par Angela Merkel et François Hollande lors d'un entretien bilatéral, avant la conférence.

"Ils ont exactement les mêmes positions sur la question des réfugiés, sur ce qui doit être fait sur le plan politique et sur les moyens nécessaires pour les pays en première ligne", a rapporté l'entourage du président français.

Les deux dirigeants ont aussi évoqué la Syrie, à l'heure où se tient à Paris une réunion avec les principaux pays de la région mais sans la Russie et l'Iran, alliés de Bachar al Assad.

Des représentants des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de l'Italie, de l'Allemagne, de l'Arabie saoudite, des Emirats Arabes Unis, de la Jordanie, du Qatar et de la Turquie doivent participer à un dîner de travail autour du ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

(Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7403983 le mardi 27 oct 2015 à 19:51

    Le problème n'est pas l'avancée du numérique, mais la résolution du vivre ensemble voulu par l'UE Il faudrait arrêter de tourner au tour du pot, si je puis me permettre !!!!