Hollande et Merkel tenteront à Verdun de relancer l'idéal européen

le
1
    PARIS, 24 mai (Reuters) - Les cérémonies du centenaire de la 
bataille de Verdun, dimanche dans la Meuse, donneront à François 
Hollande et Angela Merkel l'occasion de tenter de relancer 
"l'idéal européen", a déclaré mardi le président français.   
    Alors que la construction européenne est au point mort, 
menacée par la crise des réfugiés, la montée des populismes et 
le risque de sortie du Royaume-Uni, François Hollande a dit 
l'importance de délivrer un message franco-allemand.  
    "Ce que nous avons à faire avec la chancelière, ce n'est pas 
la réconciliation : elle est faite. C'est de faire que nous 
soyons dans la relance de l'idéal européen. C'est ce que nous 
avons à faire dans ce lieu même de Verdun", a expliqué le chef 
de l'Etat sur France Culture. 
    De ce point de vue-là, les cérémonies de dimanche n'auront 
rien de commun avec celles de 1984, qui avaient vu le président 
François Mitterrand et le chancelier Helmut Kohl se donner la 
main sur les lieux de l'une des batailles les plus meurtrières 
de la Première Guerre mondiale.   
    "Ce qui est attendu de nous, c'est de parler et de dire 
ensemble ce que nous voulons faire dans ce moment précis pour 
l'Europe", a dit le président français. 
    François Hollande a cité "le mal du populisme" dans des pays 
comme l'Autriche, où un candidat d'extrême droite a failli être 
élu président dimanche. 
    Le dirigeant français a aussi évoqué la crise des réfugiés 
en provenance de Syrie et d'Irak, qui affluent depuis un an aux 
frontières de l'Union européenne.    
    "On voit une Europe qui ne sait pas exactement comment elle 
doit se situer par rapport à sa protection, sa défense et sa 
sécurité. Je pense au terrorisme. C'est cette Europe qui doit 
être protectrice pour les peuples", a-t-il poursuivi.  
    François Hollande et Angela Merkel prendront chacun la 
parole à Verdun, au terme d'une journée qui les verra déjeuner 
ensemble et se rendre en divers lieux de mémoire, notamment 
l'ossuaire de Douaumont, qui surplombe un immense cimetière. 
    Entre février et décembre 1916, la bataille de Verdun a fait 
750.000 tués, blessés et disparus. Les combats ont fait 143.000 
morts allemands, et près de 163.000 morts côté français. 
 
 (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 9 mois

    L'idéal européen a été trahi : L'UE en est la caricature. C'est devenu une oligarchie à l'image de l'union soviétique, avec en plus, l'informatique.